Le gouvernement tchèque discutera la semaine prochaine de son retrait du Pacte mondial de l’ONU sur les migrations

Dans la lignée de ce qu’avait annoncé la semaine dernière le Premier ministre Andrej Babiš, le gouvernement tchèque a décidé qu'elle discuterait la semaine prochaine du retrait de la République tchèque du Pacte mondial de l’ONU sur les migrations, estimant que l’accord ne parvenait pas à faire la distinction entre migration légale et illégale. Une annonce faite par le chef de la diplomatie tchèque Tomáš Petříček (ČSSD) qui estime hautement probable l'approbation de ce retrait par le cabinet. En juillet dernier pourtant, et tout comme 191 autres Etats membres de l’ONU, la République tchèque avait approuvé ce pacte visant à offrir une meilleure protection pour les migrants et les réfugiés.

Le document doit être formellement entériné en décembre au Maroc. Deux autres pays d’Europe centrale, l’Autriche et la Hongrie ont déjà décidé de s’en retirer, tout comme d’ailleurs les Etats-Unis et l’Australie.