Le gouvernement minoritaire d'Andrej Babiš n'obtient pas la confiance

Le gouvernement minoritaire d'Andrej Babiš, composé de membres ou de proches de son mouvement ANO, a échoué à obtenir la confiance des députés ce mercredi. Son cabinet va donc devoir remettre sa démission mais pourra être aux affaires jusqu'à la nomination d'un nouveau gouvernement. A plusieurs reprises, le chef de l'Etat Miloš Zeman, candidat à sa propre succession, a fait savoir qu'il désirait que le milliardaire Andrej Babiš, qui lui a apporté son soutien dans le cadre de l'élection présidentielle, reste le Premier ministre en raison de la victoire de son mouvement ANO aux législatives d'octobre dernier.

Les 78 députés du mouvement ANO ont voté la confiance au gouvernement minoritaire. Les 117 élus des autres formations se sont prononcés contre. Les cinq parlementaires restants étaient absents.

L'opposition voit dans ce vote un échec voire un fiasco pour Andrej Babiš, qui fait l'objet de sévères critiques. Le mouvement ANO pourrait désormais tenter de constituer une coalition gouvernementale, potentiellement avec les partis ODS et social-démocrate. Si la tentative échoue, les Tchèques pourraient être appelés à nouveau aux urnes à l'occasion de législatives anticipées.