Le gouvernement d’Andrej Babiš survivra à la motion de censure

22-11-2018 mis à jour

Les députés sociaux-démocrates quitteront la salle au moment du vote de la motion de censure contre le gouvernement qui est prévu à la Chambre basse du Parlement ce vendredi. La décision a été prise lors d’une réunion qui s’est tenue ce mercredi. L’absence des représentants du parti social-démocrate (ČSSD), qui compose l’actuelle coalition gouvernementale minoritaire avec le mouvement ANO, ne menacera donc pas l’existence de celle-ci. La Chambre des députés comptant 200 sièges, un minimum de 101 voix est en effet nécessaire pour adopter une motion de censure. Or, les députés ANO et communistes ont déjà fait savoir qu’ils soutiendraient le gouvernement dirigé par Andrej Babiš, mis en cause dans une affaire de détournement de subventions européennes. Les députés représentants des partis de l‘opposition ne disposent que d’un total de 92 voix.

Leader du ČSSD, Jan Hamáček, qui souhaite une démission du Premier ministre, a expliqué qu’il ne considérait pas la démission de l’ensemble du cabinet comme une solution à la crise actuelle. En revanche, il a déclaré que si les 120 voix nécessaires à une éventuelle dissolution de la Chambre des députés étaient rassemblées, le ČSSD serait favorable à celle-ci de façon à pouvoir permettre l’organisation d’élections législatives anticipées. « Une nouvelle répartition des cartes par les électeurs est la seule chose qui permettrait de résoudre cette affaire », a-t-il déclaré.