La droite veut une session parlementaire pour discuter des sanctions envers la Russie

01-09-2014

L'opposition parlementaire de droite, les partis TOP et ODS, veulent la tenue d'une session extraordinaire après les propos du Premier ministre Bohuslav Sobotka, indiquant que la République tchèque se réservait le droit de ne pas accepter les propositions de nouvelles sanctions à l'égard de la Russie que doit soumettre la Commission européenne. Dans le contexte de l'intervention russe en Ukraine, les deux formations estiment dans un communiqué de presse que la position du chef du gouvernement est inacceptable et affaiblit la République tchèque. Bohuslav Sobotka, désormais soutenu par le ministre des Finances Andrej Babiš (ANO), a réaffirmé sa position considèrant que les premières sanctions prises à l'égard de Moscou ont été inefficaces. Il souhaite qu'on y regarde à deux fois avant d'en prendre de nouvelles potentiellement dangereuses pour l'économie tchèque.