La commission du contrôle budgétaire du Parlement européen s’intéresse de près au Premier ministre tchèque

La commission du contrôle budgétaire du Parlement européen a discuté lundi d’une plainte contre un possible conflit d’intérêt du Premier ministre tchèque Andrej Babiš. Une plainte adressée récemment à la Commission européenne par Transparency International et formulée sur la base d’informations suggérant que le chef du gouvernement tchèque contrôlerait toujours sa société, le groupe agro-alimentaire Agrofert, en dépit du fait qu'il a placé les actions de ce dernier dans deux fonds fiduciaires, afin de satisfaire à la loi sur les conflits d'intérêts.

Pour Transparency International, ces révélations pourraient avoir des conséquences importantes eu égard à cette loi ainsi que par rapport à la politique de subventions européennes. Les députés Verts au Parlement européen ont fait savoir qu’Andrej Babiš ne devrait pas participer à l’élaboration du nouveau budget de l’Union européenne, s’il existe un risque que certaines subventions lui reviennent. Le Premier ministre tchèque a réfuté toutes ces allégations.