La Cinémathèque française ouvre une rétrospective sur la Nouvelle vague tchèque

La projection d'Eclairage intime, réalisé en 1965 par Ivan Passer, marque ce jeudi à Paris l'ouverture de la rétrospective que la Cinémathèque française consacre à la Nouvelle Vague du cinéma tchèque dans les années 1960. Jusqu'au 4 janvier prochain, les cinéphiles peuvent découvrir ou redécouvrir une vingtaine de films datant pour la majorité de cette période la plus faste de la cinématographie tchèque. Les réalisateurs qui se révèlent à cette époque, souvent issus de l'école de cinéma de la FAMU à Prague, figurent tous au programme, les Miloš Forman, Jiří Menzel, Jan Němec, Věra Chytilová et autre Jaromil Jireš. D'autres réalisateurs, comme Juraj Herz et son fameux Incinérateur de cadavres, ou Oldřich Lipský sont également de la partie même s'ils ne sont pas toujours associés au mouvement de la Nouvelle Vague.

L'événement est intitulé "La Nouvelle Vague tchèque... et après" car il se questionne aussi sur le devenir du cinéma tchèque après l'échec du Printemps de Prague et la période de normalisation qui s'ouvre ensuite.