Harcèlement présumé : Jakub Michálek reste à son poste de vice-président des Pirates ; l’eurodéputé Mikuláš Peksa quitte le sien

05-11-2019 mis à jour

Le vice-président des Pirates Jakub Michálek conserve pour l’heure son poste après un vote en ligne de quatre jours organisé par les membres du parti, censé décider entre trois possibilités : pour sa révocation, contre sa révocation ou pour l’ajournement de la décision au mois de janvier prochain, lors de la conférence annuelle du parti. Aucune de ces possibilités n’a bénéficié de la majorité absolue des voix. Lors de ce vote interne, 770 membres sur les 1 008 que compte le parti se sont exprimés, soit 76%.

Jakub Michálek, qui est également chef du groupe parlementaire des Pirates, est mis en cause par plusieurs collègues pour harcèlement psychologique vis-à-vis de ses subordonnés. L’intéressé s’est défendu de tout harcèlement tout en reconnaissant avoir un certain niveau d’exigence par rapport au travail de ses collaborateurs. Le Parti pirate élira en janvier prochain une nouvelle direction. Jakub Michálek avait d’ores et déjà annoncé qu’il ne se représenterait pas à la vice-présidence, souhaitant donner la priorité à travail parlementaire.

L’eurodéputé Mikuláš Peksa a pour sa part annoncé sa démission de la vice-présidence du parti. Ce dernier avait fait savoir auparavant qu’il renoncerait à ce poste si Jakub Michálek restait en fonction.