Etude : 58% des Tchèques pensent que les femmes victimes de viol sont elles-mêmes responsables de leur situation

Trois cinquièmes des Tchèques estiment que dans certaines cas les femmes victimes de viol en sont elles-mêmes responsables. Leur responsabilité partielle, selon ces personnes, serait lié à leur comportement, ou parce qu'elles avaient consommé de l'alcool, s'étaient habillées de manière sexy, n'auraient pas exprimé clairement leur refus, seraient sorties non-accompagnées etc. Cette opinion est partagée par 58% des personnes interrogées. Il y a trois ans, 63% de la population avait cette opinion.

Les résultats de cette étude ont été présentés mercredi par Martin Balcar de l'ONG Amnesty International, lors d'un briefing consacré à la Convention d’Istanbul contre les violences faites aux femmes et aux violences domestiques. D'après les experts, le regard de la société est une des raisons pour lesquelles peu de femmes portent plainte dans le cas d'un viol ou d'une agression sexuelle.