Education : deux tiers des parents tchèques disent avoir recours à des punitions corporelles

Environ les deux tiers des parents tchèques auraient recours à des punitions corporelles dans l'éducation de leurs enfants. C'est l'une des conclusions du rapport annuel de l'association de la Ligue des hommes ouverts (LOM), réalisé avec le concours de l'agence Nielsen Admosphere. La moitié des parents concernés disent le plus souvent utiliser la fessée ou des tapes sur les mains pour punir leur progéniture. La gifle est en usage chez un cinquième d'entre eux. D'après l'association, cette attitude face aux violences éducatives n'a pas évolué ces cinq dernières années.

Dans la plupart des pays européens, mais pas en République tchèque ou même en France, ces gestes sont interdits par la loi. L'étude révèle également que les deux cinquièmes des parents tchèques considèrent qu'il ne s'agit pas de violences corporelles.