Ecoutes téléphoniques : la République tchèque dans la moyenne européenne

07-01-2005

La police a rendu publiques les conclusions de l'analyse portant sur la pratique des écoutes téléphoniques en République tchèque. Cette analyse avait été ordonnée par le président de la République, Vaclav Klaus, qui reprochait à la police d'abuser de cette pratique. Toutefois, selon l'analyse, la police utiliserait à bon escient les écoutes téléphoniques, notamment lors des enquêtes criminelles. En 2003, la police a eu recours aux écoutes téléphoniques pour 1,4 % de l'ensemble des faits délictueux, soit près de 9000 écoutes pour plus de 350 000 faits délictueux. Par rapport à 2002, il s'agissait d'une augmentation de 27 %. Toujours selon le même rapport, entre 1998 et 2000, 16 écoutes ont été pratiquées en moyenne pour 100 000 personnes. Selon le ministère de l'Intérieur, la République tchèque se situe en la matière dans la moyenne européenne.