Deutsche Welle pointe du doigt les conditions de travail dans les usines Agrofert, liées au Premier ministre Babiš

Un article publié, mardi, sur le site de la Deutsche Welle, a dénoncé les conditions de travail dans les usines faisant partie du groupe agro-alimentaire Agrofert, dont le Premier ministre tchèque Andrej Babiš est l’ancien propriétaire.

L’article s’appuie sur le témoignage d’un ancien employé vietnamien de l’usine de transformation de volailles de Mirovice. Ses auteurs critiquent les mauvaises conditions de travail dans les entreprises du groupe Agrofert, ainsi que des méthodes suspectes employées lors du recrutement des travailleurs étrangers.

Ce jeudi, le Premier ministre Andrej Babiš a démenti ces informations qu’il a qualifiées de « mensongères ». Pour le chef du gouvernement tchèque, il s’agit d’une réaction à ses prises de position sur les questions migratoires.

Fondateur du géant agro-alimentaire et chimique Agrofert, Andrej Babiš a placé des actions de toutes ses sociétés dans un fonds fiduciaire en 2017 suite à l’adoption de la loi sur les conflits d’intérêts par le Parlement tchèque. Toutefois, les potentiels conflits d’intérêt du chef du gouvernement tchèque sont étudiés par la Commission européenne.