Début de l'audit européen sur le possible cas de conflit d'intérêts d'Andrej Babiš

L'audit européen visant à vérifier si le Premier ministre Andrej Babiš se trouve pas en situation de conflit d'intérêts avec son ancien groupe Agrofert débute ce lundi avec l'étude des documents du fonds national d'intervention agricole. Le travail devrait se poursuivre jusqu'à vendredi. Les personnes responsables de l'audit décidé par la Commission européenne ont également déjà commencé à analyser les archives du ministère en charge du Développement régional et de celui du Travail et des Affaires sociales. Les résultats de l'enquête seront connus d'ici quelques mois.

La Commission européenne a initié cette démarche après avoir été saisie par la branche tchèque de Transparency International du possible cas de conflit d'intérêts dans lequel se trouverait le Premier ministre tchèque. En vertu de la loi tchèque sur les conflits d'intérêts, Andrej Babiš, à l'époque ministre des Finances, avait transféré la propriété du groupe Agrofert à un fonds fiduciaire début 2017. Cependant, le chef du gouvernement est soupçonné de toujours contrôler en sous-main cette entreprise qui bénéficie de subventions tant de Bruxelles que de l'Etat tchèque.