Conflits d'intérêts : la Commission européenne se penche sur le cas d'Andrej Babiš et du groupe Agrofert

La Commission européenne a décidé de contrôler un cas possible de conflits d'intérêts entre le Premier ministre tchèque Andrej Babiš (ANO) et le groupe Agrofert, dont il est le propriétaire via un fonds fiduciaire, et qui a bénéficié de subventions publiques. Commissaire européen au budget, l'Allemand Günther Oettinger (CSU) l'a annoncé jeudi dernier lors d'une réunion du comité en charge du budget du Parlement européen et l'agence de presse ČTK le rapporte ce mardi.

Le conflit d'intérêts présumé a été signalé à Bruxelles en septembre par la branche tchèque de l'organisation Transparency International. Selon elle, Andrej Babiš, contraint de transférer la propriété de son groupe Agrofert à un fonds fiduciaire début 2017 après l'adoption d'une loi sur les conflits d'intérêts, contrôlerait en fait toujours l'entreprise. Le milliardaire, chef du mouvement ANO, a réagi en parlant d'un "non-sens".