Babiš - Conflit d'intérêts : Transparency International va en appeler au ministère de la Justice

02-10-2019

La branche tchèque de l'ONG Transparency International a fait savoir qu'elle allait se tourner vers le ministère de la Justice afin que celui-ci examine la décision du conseil régional de Bohême centrale de stopper la procédure d’infraction concernant le conflit d’intérêts présumé du Premier ministre tchèque Andrej Babiš.

La procédure avait été engagée par le conseil municipal de Černošice, une petite commune de banlieue de Prague, suite à une requête de Transparency International qui estime que le Premier ministre contrôle toujours ses médias, via son groupe Agrofert. Les élus de Černošice ont estimé que le chef du gouvernement contrôlait encore de fait le groupe Agrofert qu’il avait fondé, et ce en dépit du placement de ses actifs dans des trusts afin de ne pas contrevenir à la loi sur le conflit d’intérêts. Une amende de 200 000 couronnes (7 700 euros) avait été alors fixée.

Le conseil régional de Bohême centrale avait été chargé d'examiner le dossier, suite à une procédure d'appel par Andrej Babiš, et a récemment conclu qu'il n'existait pas de preuves de l'influence du chef du gouvernement sur son groupe. Selon Transparency International, le conseil régional a réagi de manière partisane dans la mesure où il est dominé par le parti ANO du Premier ministre Andrej Babiš.