Affaire MUS : Antonín Koláček n'évitera pas la prison mais "se sent innocent"

Ancien haut dirigeant de la Société minière de Most, Antonín Koláček fait partie des cinq Tchèques condamnés jeudi par la justice suisse à des peines de prison pour leur rôle dans la privatisation frauduleuse de leur entreprise. Interrogé ce samedi par la Radio tchèque, après avoir pu rentré dans son pays, il a déclaré qu'il ne chercherait pas à éviter la prison mais qu'il se sentait "innocent". Il a été condamné à quatre ans et quatre mois de prison ferme ainsi qu'à payer une amende.

Accusés de « blanchiment d’argent aggravé », d’« escroquerie », de « faux dans les titres », Jiří Diviš, Antonín Koláček, Marek Čmejla, Petr Kraus et Oldřich Klimecký étaient jugés par le Tribunal pénal fédéral de Bellinzone. L’affaire, qui remonte à l’époque des privatisations sauvages des années 1990, a été ouverte par la Suisse car une partie de l’argent détourné de la privatisation de la Société minière de Most se trouvait sur des comptes en Suisse. Au total, la police helvétique a bloqué 600 millions de francs suisses (500 millions d’euros) sur des comptes appartenant aux accusés.