Affaire Huawei : le gouvernement demande la vérification de 160 infrastructures critiques

Le gouvernement a demandé à ce que des contrôles de sécurité soient réalisés dans environ 160 institutions et entreprises pour vérifier les logiciels et les équipements des entreprises chinoises des télécoms Huawei et ZTE. A la mi-décembre, le Bureau national pour la sécurité cybernétique et d'information (NÚKIB) a émis un avertissement contre ces sociétés grâce auxquelles Pékin pourrait collecter du renseignement dans les pays où elles sont implantées. Le gouvernement a pris la décision de lancer ces contrôles lundi après un conseil des ministres qui s'est déroulé dans des conditions de confidentialité renforcées.

Le Premier ministre Andrej Babiš (ANO) a demandé la coopération immédiate du NÚKIB. Dušan Navrátil, le directeur de cet organe, a annoncé être satisfait des mesures prises par le gouvernement. Le NÚKIB doit publier ce mardi sur son site une méthodologie pour mener à bien ces opérations de vérification. Ces contrôles concernent les administrations de l'Etat ainsi que des entreprises jugées très sensibles, notamment dans les secteurs de l'énergie, des télécommunications ou de la santé.