Une tradition qui dure depuis 121 ans

Depuis déjà 121 ans, une course d’obstacles de légende, le Grand Steeple-chase de Pardubice, se déroule le deuxième dimanche d’octobre dans la ville de Pardubice, en Bohême orientale. L’occasion de revenir sur la longue histoire d’une course hippique parmi les plus difficiles d’Europe qui s’est disputée pour la première fois en 1874. Histoire émaillée de performances incroyables, comme celle de Josef Váňa qui a décroché dimanche dernier sa 8e victoire, comme aussi parfois d’accidents et de péripéties.

Fantôme, monté par Georg Sayers, vainqueur de la première édition de la Velká Pardubická en 1874Fantôme, monté par Georg Sayers, vainqueur de la première édition de la Velká Pardubická en 1874 La tradition du Grand Steeple-chase de Pardubice – Velká Pardubická, remonte au début du XIXe siècle. La chasse à courre est à l’origine de la course. Très populaire en Angleterre, elle se propage en Bohême. En 1836, Oktavián Kinski l’organise dans son domaine de Chlumec. Plus tard, l’activité est déménagée à Pardubice, à l’initiative du comte František Liechtenstein. A l’instar du Grand National de Liverpool organisé en 1836, il est décidé de construire un parcours en Bohême. Ses fondateurs désirent toutefois un autre type d’obstacles que ceux que l’on trouvait en Angleterre et c’est ainsi qu’un parcours particulièrement exigeant est installé à Pardubice, en 1856. La toute première édition de la Velká Pardubická se dispute le 5 novembre 1874, et la victoire est remportée par un cheval né en France, Fantôme: C’est ce que raconte Martin Šabata, de l’Association pour la course de Pardubice, en nous présentant de plus près le parcours:

« Le parcours du Grand Steeple-chase de Pardubice est long de 6900 mètres et jalonné de trente et un obstacles. La surface du champ de course est de 56 hectares – à titre de comparaison, la superficie de l’Etat de la cité du Vatican est de 44 hectares. Les chevaux courent pendant environ 10 minutes. Au fil du temps, la piste a été plusieurs fois modifié, dernièrement en 1998, en rapport avec l’édification de nouvelles tribunes. La tribune B, en béton, est l’une des constructions d’origine. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, des troupes d’occupation allemandes fuyant Pardubice ont placé à l’intérieur de cette tribune des explosifs mais leur départ rapide de la ville et une intervention de patriotes de Pardubice ont sauvé la tribune d’une explosion et d’une destruction certaine. »

Parlant des invités étrangers les plus prestigieux qui ont visité l’hippodrome de Pardubice, Martin Šabata évoque notamment deux d’entre eux:

« La princesse royale britannique Anne qui est venue le 14 octobre 2007 pour une courte visite et qui s’est rendue également dans le haras national de Kladruby, près de Pardubice. En 1974, 2001 et 2004, c’était l’écrivain Dick Francis, accompagné de la traductrice tchèque de ses ouvrages, la sénatrice Jaroslava Moserová. Si la première visite de l’écrivain est passée presque inaperçue, un accueil tout particulièrement chaleureux lui a été réservé au printemps 2001, lorsqu’il a dédicacé à Pardubice l’un de ses romans et à cette occasion, une rencontre de Dick Francis avec Václav Havel a eu lieu à la mairie de Pardubice. »

La comtesse Lata BrandisováLa comtesse Lata Brandisová Les noms de tous les vainqueurs, chevaux et jockey, du Grand Steeple-chase de Pardubice depuis la première édition en 1874 jusqu’à présent sont gravés sur trois plaques en marbre accrochées au mur de la tribune centrale. La liste débute avec le nom du premier vainqueur historique, le cheval français, Fantôme, monté par Georg Sayers. Autre fait historique: en 1937, c’est une femme, la comtesse Lata Brandisová, qui remporte la course pour la première et unique fois dans l’histoire. En 1947, un nouveau record sur une piste ayant subi des aménagements après-guerre est établi par le jockey Buret sur Rayon de Lune, tous les deux venus de France. Un chapitre à part, l’ère des années 1950, observe Martin Šabata:

« Vladimír Hejmovský, vainqueur de l’édition 1951, de son vrai nom Gejmovskij, était un noble polonais et officier de la Garde blanche engagée dans la lutte contre le nouvel Etat soviétique. Peu après avoir gagné la course, il est devenu victime d’un assassinat organisé par la StB. En 1953, le grand steeple-chase est remporté par Ferdinand Palyza et la victoire le sauve, paradoxalement, d’un emprisonnement. Car en cette année-là qui est celle de la réforme monétaire opérée par le régime communiste, le président Antonín Zápotocký arrive à Pardubice et remet à Ferdinand Palyza une montre en or pour le récompenser de la victoire. Or, entre-temps, un mandat d’arrêt est délivré contre Palyza, fils d’un koulak opposé à la collectivisation de la campagne. Grâce à la victoire à Pardubice, le verdict est atténué, Palyza est condamné à payer une amende de 10 000 couronnes et échappe à la prison. »

L’année 1957 marque le début d’une longue ère d’excellents chevaux et jockeys russes, ère qui dure presque sans interruption jusqu’en 1967. En 1968, le Grand Steeple-chase de Pardubice n’est pas organisé en raison de l’invasion de la Tchécoslovaquie par les armées du pacte de Varsovie. „Dans toute son histoire, la course n’a pas eu lieu en 1876 et 1908 à cause des intempéries, pendant les deux guerres mondiales, et puis justement en 1968 alors qu’une délégation de sénateurs américains dont Ronald Reagan étaient attendus à Pardubice,“ ainsi que le raconte Martin Šabata. En 1969, la course est remportée par Václav Chaloupka qui réitérera trois fois encore son triomphe. Une autre victoire marquante est celle du Britannique Chris Collins qui établira, en 1973, un nouveau record avec son cheval Stevens Society. En 2001 débute l’ère de l’inoubliable jockey allemand, Peter Gehm:

Photo: CzechTourismPhoto: CzechTourism « C’est le seul jockey qui ait réussi à remporter quatre victoires consécutives dans l’histoire de l’épreuve, aucun autre coureur avant et après lui n’y est encore parvenu. Son compatriote, Dirk Fuhrmann, décroche le titre de champion en 2005. Suivent deux victoires de la jument Sixteen, et l’année 2009 marque le début d’une série de victoires du fameux Josef Váňa. »

Josef Váňa, qui a une statue sur le champ de la course déjà de son vivant, est un recordman qui a gagné huit fois le Grand Steeple-chase de Pardubice: quatre fois en montant Železník, 3 fois Tiumen et une fois Vronsky.

L’obstacle le plus redouté du Grand Steeple-chase de Pardubice porte le numéro 4 et est appelé tranchée Taxis, d’après le prince Egon Thurn Taxis qui se trouvait à l’origine de la course et qui faisait partie des défenseurs de cet obstacle. Etant l’un des plus difficiles au monde, cet obstacle a souvent fait l’objet de critiques des défenseurs de la cause animale observe Martin Šabata:

« Brigitte Bardot se trouvait derrière les protestations qui ont commencé en 1992 et qui ont été financées et dirigées de l’extérieur, par les soi-disant défenseurs de la cause animale. Le plus déplorable dans cette affaire est que la même année 1992, Patrick Martell arrive à Pardubice. Comme on le sait, Martel Cognac était l’un des sponsors du Grand National de Liverpool et M. Martell envisageait d’inclure dans la série le Grand Steeple-chase de Pardubice, mais ce qu’il a vu sur le champ de course l’a complètement découragé. »

Suite aux protestations, des modifications de la tranchée Taxis ont été faites, notamment pour ce qui est la hauteur de la haie naturelle derrière laquelle se cache un fossé, aujourd’hui moins profond qu’à l’origine:

« Le problème de la tranchée Taxis ne résidait pas dans l’existence d’une tranchée, mais plutôt dans la hauteur d’une haie vive derrière laquelle se trouve le fossé. Historiquement, la haie avait entre 140 et 150 centimètres de haut. Au fils du temps, les branches ont poussé plus haut sans qu’on les découpe comme il le fallait et c’est ainsi qu’à un moment donné, la haie a dépassé de 20 centimètres la hauteur d’origine. Et c’est cela, la hauteur de la haie, qui a créé des problèmes aux chevaux. »

Dans le passé, la tranchée Taxis a été la cause de la plupart des vingt-huit accidents mortels de chevaux qui restent les héros tragiques de l’événement. D’autres obstacles les plus redoutés comme le Banc irlandais, la Grande tranchée d’eau ou le Saut dit français ont eux-aussi été modifiés au profit de la sécurité et au détriment de l’exigence de la course, comme le souligne encore Martin Šabata. En dépit des changements, le Grand Steeple-chase de Pardubice reste un événement sportif et mondain par excellence: Durant les 121 ans d’existence de la course, pas moins de 92 noms de chevaux et 82 noms de jockeys ont été inscrits sur la liste des vainqueurs.