Suite de l'entretien avec le comte Radslav Kinsky

Il y a quinze jours, je vous ai apporté une interview avec le comte Kinsky de Zdar nad Sazavou. En voici la suite.

Après le putsch communiste en février 1948, la famille Kinsky est partie pour l'étranger mais le jeune Radslav est resté pour terminer son service militaire. Il n'a quitté le pays qu'en 1958 pour rejoindre sa famille en France. A Paris, il a commencé à travailler en immunologie de la transplantation et plus tard en immunologie de la reproduction. Il est resté trente-trois ans à l'INSERM qu'il n'allait quitter qu'au moment de la retraite. Pendant son séjour parisien Radslav Kinsky entretenait des contacts réguliers avec son pays d'origine.

En 1989, Radslav Kinsky quitte Paris pour retourner, après trente-trois ans, dans son pays natal. Quelles étaient ses impressions lorsqu'il a retrouvé ses anciens amis et ses biens en état de délabrement avancé. Il vous le dit lui-même...
Le comte Kinsky vit en Tchéquie depuis treize ans à peu près. Pendant cette période relativement courte, il a réussi à faire reconstruire une grande partie de son château de Zdar nad Sazavou, il s'occupe de la pisciculture et de ses vastes forêts et invite régulièrement à son château des chercheurs de l'étranger. En effet, il n'a toujours pas abandonné sa profession d'immunologiste.
La gamme d'activités du docteur Kinsky est vraiment très large. Reconstruction du château, forêt, chasse, pisciculture – c'est son emploi du temps quotidien. Il est fier d'avoir les étangs où nagent les plus beaux poissons d'Europe centrale...
Quitter un pays pour s'installer dans un autre, même s'il s'agit du pays natal, n'est pas toujours une chose facile. J'ai voulu savoir si le comte est satisfait de sa décision de revenir, s'il ne l'a jamais regrettée.