Le voyage de Charles IV en France

Aujourd'hui, nous reviendrons sur l'entretien avec le professeur Frantisek Smahel, médiéviste et hussitologue, et auteur d'un ouvrage remarquable témoignant d'une liaison étroite entre l'histoire tchèque et française au XIVe siècle. Cet ouvrage s'appelle « Le voyage de Charles IV en France » et il sera le thème de cette page d'histoire.

Le livre raconte le dernier voyage de Charles IV, empereur germanique et roi de Bohême, en France, sa seconde patrie, où il a été élevé entre sept et quatorze ans, confirmé du nom du roi de France Charles IV, et où il a discerné les finesses les plus exquises des rites de couronnement et autres liés à la cour, ce qui lui a rendu service plus tard, dit le professeur Smahel dans son livre. J'ai été curieuse de savoir ce qui l'a inspiré pour l'écrire :

Frantisek SmahelFrantisek Smahel « Ce travail est dû, comme cela arrive parfois, à un concours de circonstances, lorsque vous trouvez un grand thème indirectement. Cela m'est arrivé à la bibliothèque britannique. Lors de l'étude des manuscrits précieux provenant de la collection royale française - c'était les Grandes chroniques de France, j'ai trouvé les enluminures sur le voyage de Charles IV. J'ai connu le manuscrit fondamental de la Bibliothèque nationale de France, mais tout d'un coup, j'ai vu deux, trois variantes, plus courtes, mais d'autant plus remarquables. Et c'est ainsi que tout a commencé. Je dois remercier pour son aide précieuse le professeur Maurice Aymard, directeur de la Maison des Sciences de l'homme à Paris, où j'ai bénéficié de plusieurs séjours absolument indispensables pour mon travail. Aujourd'hui, on ne réalise certes pas des découvertes qui ébranleraient le monde, mais il est toujours possible de trouver des détails qui complètent la mosaïque. Un exemple en est ce livre qui, à mes yeux, est important puisqu'il rend hommage à la France du XIVe siècle : les relations tchéco-françaises n'ont jamais été aussi étroites qu'au XIVe siècle, justement, et Charles IV a été un personnage incontournable de ce siècle tout comme des deux grands sommets de la seconde moitié du XIVe siècle, dont celui de Paris, avec Charles V, roi de France, fut un événement européen. »

Cortège à Cambrai pour honorer l'empereur Charles IV, accompagné de son fils Wenceslaus IV, roi de la Bohême, (Paris, Bibliothèque nationale)Cortège à Cambrai pour honorer l'empereur Charles IV, accompagné de son fils Wenceslaus IV, roi de la Bohême, (Paris, Bibliothèque nationale) Le voyage de Charles IV en France, commencé en novembre 1377, a été le tout dernier voyage diplomatique à l'étranger qu'il ait entrepris. Comme on peut le lire dans le livre, il avait trois objectifs principaux : Charles IV a voulu se rendre sur les lieux pieux, à la basilique Saint-Denis et à la Sainte-Chapelle. Pour le collectionneur d'objets de dévotion et de reliques que Charles était, cette visite avait une importance spirituelle énorme. Deuxième raison : Charles IV, parti pour la France gravement malade, souffrant de la goutte, espérait trouver une guérison dans l'abbaye Saint-Maure-des-Fossés réputée pour ses méthodes de traitement. La troisième raison était de présenter son fils, Venceslas IV, roi de Bohême, à ses parents proches en France, au roi Charles V qui était le neveu de Charles IV. On écoute Frantisek Smahel :

« Cela avait une importance énorme pour la politique française et luxembourgeoise car, comme on le sait, la France était alors en conflit grave avec l'Angleterre et pour la cour de France, ce voyage était une confirmation des engagements alliés de la part de Charles IV et, en revanche, au regard de la politique luxembourgeoise, il s'agissait d'entrevues de première importance concernant les trônes vacants et les alliances de mariage en Hongrie et en Pologne. »

Wenceslaus IV, roi de la Bohême, faisant l'hommage au Roi Charles V de la France comme empereur Charles IV regarde, (Paris, Bibliothèque nationale)Wenceslaus IV, roi de la Bohême, faisant l'hommage au Roi Charles V de la France comme empereur Charles IV regarde, (Paris, Bibliothèque nationale) Charles IV est parti pour la France en novembre 1377. Au Noël de la même année, il a franchi la frontière de la France. Cette date a joué un rôle important, explique l'auteur du livre « Le voyage de Charles IV en France » :

« Le protocole diplomatique de la France n'admettait pas que l'empereur lise sa messe de Noël vêtu de la chasuble impériale. Du point de vue de la souveraineté de la France, ce serait aussi inconvenant que si le roi de Bohême entrait à Paris sur un cheval blanc, ce privilège étant réservé au roi de France, uniquement. Voilà des détails qu'il est possible de découvrir, encore aujourd'hui, grâce aux recherches. »

Les négociations officielles de Charles IV en France ont eu lieu entre le 4 et le 14 janvier 1378. Leur point culminant a été un banquet donné le 6 janvier, à l'Epiphanie, au palais de la Cité à Paris, en présence de trois rois : Charles V de France, Charles IV, empereur germanique et son fils, Venceslas IV, roi de Bohême. Comment le voyage de Charles IV s'est-il terminé ? On écoute le professeur Smahel :

« Sur le chemin de son retour, Charles s'est encore arrêté dans plusieurs villes de l'empire. Il est mort peu après, en novembre 1378. En dépit d'une amélioration passagère de son état de santé, à l'abbaye de Saint-Maure, qui était une amélioration plutôt psychique, Charles ne s'est plus remis de ses maladies. Il est décédé à Prague un an après être parti pour son dernier voyage l'ayant conduit en France. »

La dynastie des Luxembourg sur le trône de Bohême s'est éteinte avec le roi Sigismond, fils de Charles IV. Après la mort de son frère, Venceslas IV, Sigismond manifesta de l'intérêt pour la couronne de Bohême mais c'était déjà le début des guerres hussites et les hussites refusèrent d'accepter Sigismond, empereur germanique romain, comme roi. Sigismond mourut en 1437, en quittant la Moravie.