Le roi de France Charles X a trouvé un asile à Prague

Un épisode peu connu de l'histoire tchèque: les séjours en Bohême du roi de France, Charles X. En effet, après la révolution de juillet 1830, Charles X abdique et prend le chemin de l'exil. Après un séjour en Angleterre, il trouve un asile à Prague. Les documents historiques nous apprennent que grâce à lui, deux autres Français célèbres séjournent à Prague: le géologue Joachim Barrande et le poète et écrivain romantique François René de Chateaubriand.

Charles XCharles X Charles X, beau-frère de Louis XVI, exécuté, monte sur le trône à la mort de son frère Louis XVIII, renouant avec la tradition de l'Ancien Régime. Face à l'attitude autoritaire du roi, le peuple de Paris se soulève, en juillet 1830 et Charles X abdique. Sa chute marque la fin du règne des Bourbons en France, au profit de Louis-Philippe d'Orléans. Charles X prend le chemin de l'exil et s'installe, d'abord, à Edinbourg. Grâce aux liens assez étroits avec les Habsbourg, il reçoit l'invitation de s'installer à Prague qu'il accepte avec plaisir. En 1832, l'empereur autrichien François 1er l'accueille au Château de Prague, qui est à cette époque une institution militaire et le lieu du séjour du vice-gouverneur. Charles X arrive au Château de Prague, le 25 octobre 1832, entre 17 et 18 heures et s'installe dans les chambres numéro 1 à 9, au deuxième étage. D'où proviennent des données aussi exactes? C'est grâce à la méticulosité excessive avec laquelle la police autrichienne dressait les déclarations de séjour, qu'on est au courant des moindres détails relatifs au séjour pragois de Charles X et sa suite. Ainsi, on apprend qu'avec lui s'inscrivent au séjour son fils aîné Louis-Antoine, duc d'Angoulême, et son épouse, Marie Thérèse Charlotte, fille du roi Louis XVI et de Marie Antoinette, et la fille de Charles X, Louise Marie.

Des liens d'amitié se créent rapidement entre Charles X et la noblesse tchèque, dont Louis, le prince de Rohan, devient son ami le plus proche. Les Rohan, eux-aussi, des immigrés, sont venus s'installer en Bohême protestante, après la Révolution française. Leur château de Sychrov, en Bohême du nord, trahissant les influences françaises et les connaisseurs y remarquent une inspiration par le château de Josselin en Bretagne, devient un lieu de séjours fréquents de Charles X. Jusqu'à aujourd'hui, on y montre aux visiteurs les chambres qu'il habitait.

Lors de son asile pragois, Charles X, connu auparavant pour sa conduite légère et ses dépenses inconsidérées, n'est pas, quant à lui, trop exigeant, à l'opposé de sa cour qui réclame les mêmes services et soins auxquels elle était habituée à Versailles. L'inspecteur du Château de Prague, Arnost Rudolphe, qui a la charge de la suite de l'ancien roi de France, en écrit dans ses mémoires combien il était difficile de satisfaire à ses exigences. Charles X devient très mélancolique. Sur le chemin de la France, l'ensemble de l'argent familial s'est perdu, ce qui l'a beaucoup indigné, car il était habitué à ce que les repas lui soient servis sur une vaisselle en argent. Des nouvelles venant de France, sur les préparatifs de l'assassinat de son fils, ne font qu'approfondir sa dépression. Il ne sort que rarement, jamais au centre de Prague. Ses promenades se bornent aux jardins sous le Château. De temps en temps, son fils l'oblige à faire une promenade en berline. Pour que le stéréotype ne devienne pas insupportable, toute la cour organise des voyages à Teplice et à Karlovy Vary, stations thermales à l'ouest du pays. Charles X reçoit beaucoup de visites, notamment celles du poète François René de Chateaubriand. Lors de sa première venue, en mai 1833, le Château de Prague le surprend énormément. Chateaubriand se croit au Vatican ou au temple de Jérusalem et écrit alors de Prague qu'elle était une ville triste, obscure, étrange et assombrie, mais qui l'a ravi par sa mystique.

Le château de BustehradLe château de Bustehrad Charles X est un passionné de chasse, mais il n'aime pas être l'hôte du chef de la chasse, mais le chef. Il chasse dans les forêts de Sychrov, chez les Rohan, à Uhrineves près de Prague - un domaine des Liechtenstein, et à Brandys où est réfugiée sa belle-fille, Caroline Louise, après la mort de son fils Charles. Les Bourbons restent à Prague, jusqu'à mai 1836. Ils seraient, certainement, restés plus longtemps s'ils n'avaient dû quitter le Château de Prague, à chaque fois que la cour de Vienne venait y séjourner. En pareil cas, ils sont obligés de déménager à Bustehrad, splendide château des archiducs de Toscan, mais les déplacements les gênent. Ils cherchent même un domaine où ils pourraient s'installer durablement mais, finalement, Charles X y renonce. Le couronnement de Ferdinand V a été la goutte qui a fait déborder le vase: Charles X et sa suite quittent définitivement Prague. A Ceske Budejovice, où ils se réfugient, Charles attend que son financier achète le château de Kirchberg, en Basse-Autriche. Or, entre-temps, une épidémie de choléra éclate. Charles X se rend à Linz, puis à Gorice où il meurt, le 6 novembre 1836, des suites du choléra. Il est inhumé dans la tombe des comtes Thurn.