50 ans d'histoire des magasins libre-service en Tchéquie

Il n'y a pas que les grands moments de l'histoire qui méritent d'être rappelés. Il y a aussi des événements de moindre importance qui, pour autant, ne sont pas moins intéressants. Il y a de cela tout juste 50 ans, l'invention américaine qui a vu le jour en 1912 en Californie, à savoir un magasin self-service, est arrivée en Tchécoslovaquie communiste. Le 1er juin 1955, le premier magasin de ce type était installé sur la rue Husitska, dans le 3e arrondissement de Prague - Zizkov. Par quoi vivait Prague, il y a de cela un demi-siècle, en été 1955 ? Un retour sur les événements dans cette page d'histoire.

Le premier magasin self-service à Prague - Zizkov, photo: CTKLe premier magasin self-service à Prague - Zizkov, photo: CTK En 1955, les préparatifs à la 1ère spartakiade, gigantesque fête gymnique du temps du communisme, battaient leur plein à Prague. L'usine pragoise Koh-i-noor lançait sur le marché un nouveau stylo plume « stylomine » équipé d'un taille-crayon. Antonin Zapotocky était président de la République. Le premier président ouvrier, Klement Gottwald, était mort neuf jours seulement après son grand maître, Staline, le 14 mars 1953. Devenu l'objet d'un culte de la personnalité pareil à celui forgé par Staline, il s'était identifié à ce dernier même après sa mort. Alors que Prague inaugurait, en cette année 1955, un monument à Staline sur l'esplanade de Letna, formé par un groupe de statues de 15 m de haut et 22 m de long, le corps du président Gottwald était embaumé et exposé au mausolée de Vitkov.

C'est au pied de cette colline pragoise que le premier magasin d'alimentation libre-service fut ouvert, le 1er juin 1955. Pas de files d'attente, des rayonnages biens achalandés, beaucoup de produits, voilà l'image de ce magasin censé faire croire que le socialisme fonctionnait. Mais la raison était différente - au début, les gens se méfiaient de cette forme de vente, mais ils apprirent vite à en apprécier les avantages, se souvient Miroslav Smotlacha, ancien employé dans les magasins d'alimentation. Le texte accompagnant les photographies de l'agence de presse tchèque CTK du 8 juin 1955 résume l'essentiel : le magasin où les acheteurs se servent eux-mêmes. A noter que les caissières étaient toutes gentilles et souriantes, vêtues de blouses et bandeaux blancs. L'assortiment était limité tout comme les horaires - le magasin ouvrait à 6 heures et fermait à 18 heures. Les prix étaient identiques dans tous les magasins du pays, l'économie centralisée ne tolérant pas la concurence. Les témoins se souviennent qu'un pistolet de pain blanc coûtait 30 halers, soit 0,01 euro, et une bouteille de champagne 45 couronnes, l'équivalent de 1,5 euro.

Le premier magasin self-service à Prague - Zizkov, photo: CTKLe premier magasin self-service à Prague - Zizkov, photo: CTK Après Prague, c'est la métropole morave de Brno qui a ouvert son premier magasin d'alimentation libre-service. Le système de vente au comptoir prédomina cependant jusqu'à la fin des années 50. Un épanouissement des magasins libre-service se produit en 1959 quand Prague possède déjà 148 magasins de ce type. Tous, bien évidemment, des magasins d'Etat, car l'entreprise privée fut liquidée en tant que survivance de l'époque capitaliste par le deuxième plan quinquenal. Puisque les self-services étaient une invention capitaliste, il a fallu que le régime justifie leur installation avec des arguments entièrement différents : ainsi, alors que dans le monde bourgeois, le self-service était un moyen de réaliser les plus gros bénéfices, d'après l'idéologie socialiste, ces magasins devaient satisfaire au maximum les besoins des travailleurs. Leur avantage était, certes, la possibilité de choisir, bien que l'assortiment des produits était assez limité, mais tous les produits étaient marqués par des étiquettes indiquant le prix, ce qui n'était toujours pas la règle dans des magasins à comptoir.

Le premier magasin self-service à Prague - Zizkov, photo: CTKLe premier magasin self-service à Prague - Zizkov, photo: CTK Le premier magasin historique libre-service ouvert le 1er juin 1955 dans la rue Husitska ne s'y trouve plus aujourd'hui. Il n'a pas survécu à l'économie de marché du début des années 90. Cinq autres grands magasins, des bazars, plusieurs bistrots, un club rock bordent la rue Husitska, l'axe du quartier pittoresque de Zizkov se référant au legs du fameux leader des troupes hussites Jan Zizka, dont la statue équestre le regarde d'en haut de la coline Vitkov. Beaucoup de choses ont changé au cours des cinquante années écoulées depuis l'ouverture du premier magasin libre-service. Le début des années 70 est marqué par l'installation des supermarchés - magasins dont la surperficie est supérieure à 400 m2. Un expert en la matière, Zdenek Skala, de la société Incoma Research, rappelle que le premier supermarché a été ouvert à Bâle en 1951. Il a fallu vingt ans pour qu'il s'implante en Tchécoslovaquie. Le véritable boom des grands magasins et centres commerciaux date du début des années 90 et il se poursuit depuis. La République tchèque compte actuellement plus de 160 hypermarchés, plus de 200 supermarchés et trois centaines de magasins discount. Pour un pays de 10 millions d'habitants, c'est le réseau le plus dense en Europe. Dans les années à venir, le marché tchèque doit se préparer à une transformation de base, dit Zdenek Skala. Selon la société Incoma, pour ce qui est des prix et de la grandeur des surfaces, l'avenir appartiendra aux hypermarchés et aux magasins discount. L'importance des autres types de magasin, y compris des supermarchés et des petits magasins d'alimentation libre-service, diminuera.