Visite d’Angela Merkel : Mirek Topolánek promet une ratification du Traité de Lisbonne avant fin 2008

21-10-2008

La chancelière allemande, Angela Merkel, était à Prague ce lundi. Traité de Lisbonne, future présidence tchèque de l’Union européenne, crise financière, autant de thèmes qui ont été abordés à cette occasion, avec son homologue tchèque, Mirek Topolánek.

Angela Merkel, photo: CTKAngela Merkel, photo: CTK Lorsque les Irlandais ont dit « non » par référendum au Traité de Lisbonne, les Tchèques n’ont pas caché leur satisfaction de voir suspendu le processus de ratification d’une réforme institutionnelle qu’ils n’approuvaient pas. Mais avec l’approche du 1er janvier 2009 où ils prendront la présidence de l’Union européenne, la position d’outsider est plus difficile à tenir. La chancelière allemande, Angela Merkel, qui soutient le Traité a d’ailleurs estimé, ce lundi, à Prague, qu’il permettrait de faire face à la crise financière actuelle :

« J’espère bien entendu que quand la présidence tchèque de l’UE commencera, le processus de ratification sera peut-être achevé, afin qu’ensuite on puisse discuter avec nos collègues irlandais de la façon dont on peut mettre un terme au processus pour l’Irlande. Mais je pense que nous devrons une fois de plus, et plus particulièrement pendant la présidence tchèque, clairement présenter quels sont les avantages que le Traité de Lisbonne apporte à l’Europe et aux citoyens européens. »

Si le Premier ministre Mirek Topolánek a toutefois tenu a dissocier la future présidence tchèque de l’Union européenne de la ratification du Traité de Lisbonne, il a assuré la chancelière allemande que le pays ne ferait pas obstruction au processus de ratification :

« Pour moi, le traité de Lisbonne est un compromis très difficile, c’est un prix à payer pour avoir la possibilité d’appartenir à ce cercle civilisationnel. C’est pourquoi je soutiens le processus de ratification, en dépit de tous les problèmes que me pose le traité. »

Angela Merkel et Mirek Topolánek, photo: CTKAngela Merkel et Mirek Topolánek, photo: CTK Et de préciser que le processus de ratification du Traité pourrait être achevé d’ici la fin de l’année. Rappelons que 24 des 27 pays-membres de l’UE ont ratifié le document qui pour l’heure est étudié par le Conseil constitutionnel tchèque afin de déterminer s’il est compatible avec la loi fondamentale tchèque.

Angela Merkel attend une présidence tchèque de l’UE placée sous le signe de la stabilité en dépit du revers électoral du principal parti de la coalition au pouvoir, des résultats électoraux qu’elle n’a d’ailleurs pas souhaiter commenter plus avant. La crise financière qui secoue les économies mondiales a également été un des thèmes des discussions bilatérales. Mirek Topolánek a tenu à préciser qu’il n’y avait aucunes divergences entre Prague et Berlin. La RT avait récemment vivement critiqué l’Allemagne pour avoir déclaré qu’elle garantirait tous les dépôts banquaires. La semaine dernière, Bruxelles a reprécisé les conditions de ce soutien de l’Etat.

C’est la deuxième fois qu’Angela Merkel se rend à Prague en tant que chancelière, mais elle avait déjà été à Prague dans le passé, lors d’un stage à l’Académie des Sciences tchécoslovaque où elle avait séjourné en tant que physicienne.

21-10-2008