Une vente aux enchères révèle au public un chef d’oeuvre de Toyen

27-04-2010

Fautes de nouvelles expositions sur le surréalisme, ce sont les ventes aux enchères qui nous rappellent la grandeur de Toyen, peintre tchèque dont les oeuvres nous ouvrent les yeux pour nous faire découvrir le monde du subconscient. Les yeux sont également le motif principal de son tableau intitulé « Le reste de la nuit », l’oeuvre la plus remarquable et la plus prisée d’une grande vente aux enchères, qui a eu lieu dimanche dernier à Prague.

'Le reste de la nuit', 1934'Le reste de la nuit', 1934 C’est sur un fond évoquant un univers illimité que Toyen a peint des globes oculaires qui roulent du loin vers le spectateur comme des boules de bowling tout en le fixant d’un regard scrutateur. Pour l’historien de l’art Karel Srp ce tableau est l’essence même du surréalisme :

« C’est un tableau somptueux par son motif et par sa facture artistique. Son motif est basé sur un élément iconographique très important du surréalisme - les yeux. Toyen a peint les yeux d’une façon très suggestive et avec un grand brio. On dirait que les yeux sortent de la toile. C’est une peinture en trompe-l’oeil très impressionnante. »

Et Karel Srp d’attirer l’attention sur un autre élément important du tableau, une forme dont la surface brune rappelle l’écorce d’un vieil arbre et dans laquelle l’historien décèle des ombres humanoïdes.

C’est avec le peintre Jindřich Štyrský que Marie Čermínová alias Toyen a créé dans les années 1920 une espèce d’alliance qui permettait à ces deux artistes de s’inspirer mutuellement, de se compléter et d’inventer un mouvement artistique original appelé « artificialisme » pour se joindre finalement au mouvement surréaliste. Le tableau « Le reste de la nuit » date de 1934, donc de l’année où Toyen a créé avec Štyrský le groupe surréaliste tchèque. L’oeuvre démontre que, dès le début, Toyen s’affirmait comme une artiste capable de développer les principes du mouvement et de les enrichir d’une façon aussi personnelle que profonde.

'Dormante', 1937'Dormante', 1937 Pendant longtemps la toile faisait partie d’une collection privée de Prague et n’a été exposée pour la dernière fois que dans les années 1960. Elle n’a même pas été prêtée pour la grande rétrospective Toyen organisée à Prague en 2000. Pour beaucoup cette oeuvre dont la reproduction a été largement diffusée par les médias à l’occasion de la vente publique de ce dimanche, est donc une révélation. Comme la toile ne peut pas quitter le pays, ils peuvent espérer la voir un jour dans le cadre d’une exposition.

Adjugée pour 13,2 millions de couronnes, quelque 500 000 euros, « Le reste de la nuit » se classe en deuxième position parmi les oeuvres de Toyen vendues jusqu’à présent en République tchèque. L’année dernière son tableau « Dormante » a été adjugé lors d’une vente publique pour 20 millions de couronnes, quelque 770 000 euros.

27-04-2010