Une pétition contre les paiements chez le médecin

13-12-2007

A partir du 1er janvier prochain, les citoyens tchèques seront soumis, en dehors de quelques exceptions, à des paiements de régulation chez le médecin, le pharmacien, ainsi qu’à un forfait journalier à l’hôpital. C’est pourquoi plus de cinquante personnalités du monde politique, artistique et académique tchèque ont signé une pétition appelant les patients à boycotter ces paiements. Qui sont ces personnalités, pourquoi cet appel et quelle est la réaction des autorités ?

Parmi les personnalités qui ont signé la pétition lancée par le journaliste du quotidien Pravo Alexandr Kramer, on remarque l’ancien ministre des Affaires étrangères, Jiri Dienstbier, l’ancien ministre de la Santé et vice-président du groupe des députés sociaux-démocrates, David Rath, son collègue social-démocrate Bohuslav Sobotka, le vice-président des communistes, Jiri Dolejs, le vice-président du conseil républicain des Vert, Matej Stropnicky, la grande cinéaste Vera Chytilova, le président de la Fondation de la Charte 77, Frantisek Janouch, ou le philosophe Erazim Kohak. C’est ce dernier qui explique la raison de cet appel en ces termes :

« Dans le chapitre de la Constitution consacré à la Déclaration des droits et libertés, on trouve la phrase, je cite : ‘Les citoyens, sur la base de l’assurance publique, ont droit aux soins médicaux gratuits.’ Fin de citation. Je pense que la contradiction avec la loi est tout à fait claire. »

Photo: CTKPhoto: CTK A propos de la nouvelle loi sur la Santé et de la pétition, le Premier ministre, Mirek Topolanek, affirme : « Les opinions des artistes et des politiciens sont toujours intéressantes, mais la loi ne peut être violée par personne. » Pourtant, les signataires de la pétition n’appellent pas vraiment à la violation de la loi mais à ne pas régler les paiements de régulation avant que ne tombe le verdict de la Cour constitutionnelle concernant une plainte du parti social-démocrate contre le caractère anticonstitutionnel de la loi. Le porte-parole du ministère de la Santé, Tomas Cikrt, a réagi à la pétition en la qualifiant d’inadéquate et de mensongère. On écoute pourquoi :

Tomas CikrtTomas Cikrt « Parce que dans cet appel, il est dit que les citoyens vont payer directement pour les soins médicaux. C’est faux, car ils vont régler des paiements de régulation. Le philosophe Kohak ne dit qu’une demi-vérité. Il cite la Constitution en disant que chaque citoyen a droit aux soins médicaux gratuits, mais il a oublié d’ajouter : dans les conditions ordonnées par la loi. »

Il ne reste donc qu’à attendre la décision de la Cour constitutionnelle, car les spécialistes en juridiction ne sont pas d’accord sur l’interprétation du passage concerné de la Constitution. Rappelons quand même que l’ancien ministre social-démocrate de la Santé, David Rath, qui fait partie des signataires, voulait aussi introduire la participation financière des patients aux soins médicaux. Elle aurait été « plus sensible » selon lui, en ne touchant pas les enfants, les retraités et d’autres couches de la population.

13-12-2007