Une nouvelle association « pour créer des liens entre jeunes Tchèques en France »

« Etudiants et jeunes professionnels tchèques en France » : c’est le nom de la nouvelle association fondée il y a quelques semaines à Paris. Dominik Zunt est le vice-président de cette nouvelle association:

Dominik ZuntDominik Zunt « L’association a été créée en octobre de cette année 2011. Son objectif principal est de créer des liens entre les jeunes Tchèques, et Slovaques car nous sommes bien entendu ouverts à tout le monde, qui sont en France, que ce soit pour un séjour universitaire, pour travailler ou pour suivre l’ensemble de leurs études. Nous avons constaté qu’il y avait pas mal d’activités, de communautés, autour du Centre tchèque : par exemple il y a la communauté en ligne « Petite Prague », mais finalement il n’y avait pas vraiment d’endroit, d’association ou d’organisation vers qui aller pour, si jamais on avait envie, rencontrer d’autres Tchèques. On s’est dit qu’il y avait quelque chose à faire. »

Qui sont les membres fondateurs et quels sont leurs profils ?

 « On est une dizaine de fondateurs. La présidente Lenka Belková, qui est étudiante à Paris-Sorbonne, elle travaille par ailleurs au consulat tchèque à Paris et donne également des cours de tchèque dans le cadre de l’Ecole de langue tchèque qui donne des cours aux enfants les samedis matin. Moi-même j’ai fait le lycée Carnot à Dijon, ensuite j’ai poursuivi par des études à SciencesPo Paris, et actuellement je travaille, je fais donc parti des jeunes professionnels. Il y a aussi Martin Polivka, qui est le porte-parole de l’association et il a également fait SciencesPo et il travaille dans le conseil. On a également parmi nous des doctorants dans le domaine des sciences politiques ou autres. On a des personnes qui ont poursuivi leurs études plutôt en République tchèque mais qui sont actuellement en France, soit pour poursuivre leurs études ou bien pour travailler. Ce sont donc des profils assez divers et ce qui nous unit est la volonté de créer un réseau, de tisser des liens, d’organiser des choses et également d’aider, parce que ceux qui iront voir sur notre site verront que l’on est en train de mettre en place un certain nombre d’outils et de conseils pour tout ceux qui sont intéressés par venir en France, que ce soit pour étudier ou pour travailler, pour qu’ils aient une sorte de source d’informations qui pourrait les aider dans leur démarche. »

C’est assez rare pourtant. On dit que les Tchèques ont plutôt tendance à vouloir s’intégrer individuellement et qu’ils ont plus de mal que les Slovaques à se réunir entre eux dans des groupes de diaspora. Est-ce que vous voulez changer ça justement ?

 « Je ne sais pas s’il est question de changer, déjà je ne suis pas certain qu’on puisse généraliser. C’est vrai qu’on dit ça, souvent même, après est-ce que c’est vrai ? Je ne saurai pas le dire. En tout cas, nous, les fondateurs et ceux qui viennent à nos évènements - parce qu’on a déjà organisé une première conférence au mois de novembre et on s’est présenté déjà à la journée des étudiants tchèques organisée par l’ambassade en novembre -, constatent qu’il y a la place pour ça, que c’est intéressant, que ça peut tous nous enrichir et que ça peut aider ceux qui sont nouveaux. Imaginez que vous faites un échange avec une université en France, que ce soit en Ile-de-France ou ailleurs et que vous ne connaissiez personne, vous vous dites que ça serait sympa, du moins au début, d’échanger et de s’appuyer sur l’expérience et le conseil des autres. On veut vraiment essayer de créer ce cercle, après, bien entendu il y en a qui préfèrent toujours faire la connaissance de la France par eux-mêmes. Il n’y a aucune obligation, mais au moins, pour ceux que ça peut intéresser, on est là. »

www.csmpf.com