Une équipe de chirurgiens dirigée par un Tchèque a réalisé une greffe complète du visage

25-03-2011

La semaine dernière, une équipe de médecins de Boston a mené, avec succès, une opération qui fera date dans l’histoire de la médecine. L’équipe dirigée par le chirurgien tchèque Bohdan Pomahač a greffé un nouveau visage à un jeune homme. Jusqu’à présent, quatorze personnes dans le monde ont subi une greffe partiale du visage, mais seules deux greffes complètes ont été réalisées : l’année dernière en Espagne et il y a quelques jours, donc, aux Etats-Unis. La date exacte de l’intervention n’a pas été communiquée.

Bohdan PomahačBohdan Pomahač Originaire de la ville d’Ostrava, Bohdan Pomahač a fait ses études de médicine à l’Université Palacký d’Olomouc, en Moravie. Il travaille à Boston depuis quinze ans. L’homme au nouveau visage, c’est-à-dire le receveur de tissus, s’appelle Dallas Wiens. Cet Américain de vingt-cinq ans établi au Texas a été grièvement blessé en novembre 2008 lorsque sa tête a touché une ligne de haute tension. Son visage a été intégralement brûlé et le choc électrique lui a détruit les yeux.

Lors de l’intervention, longue de quinze heures, l’équipe de chirurgiens de l’hôpital universitaire de Boston a rétabli tous les tissus de son visage, y compris le nez, les lèvres, la peau, les nerfs et les muscles. Le plus difficile, selon Bohdan Pomahač, a été de cordonner toutes les activités liées à cette opération et d’assurer la fluidité de l’ensemble du processus. Les chirurgiens ne disposaient que d’un temps limité pendant lequel les tissus prélevés pouvaient être maintenus en vie sans circulation sanguine. Il fallait, entre autres, synchroniser le don de tissus avec l’arrivée du receveur, venu en avion depuis Dallas. Bohdan Pomahač souligne le caractère inédit de certains aspects de cette opération :

Bohdan Pomahač avec son équipe lors de l'opération, photo: CTKBohdan Pomahač avec son équipe lors de l'opération, photo: CTK « Je pense qu’une telle opération n’a encore jamais été faite dans aucun pays du monde. C’était donc un pas dans l’inconnu. Ce caractère unique est lié au fait que notre malade avait des problèmes très spécifiques et que nous avons créé un schéma d’opération un peu différent des procédés utilisés lors des interventions précédentes. Le receveur était même très différent de notre premier patient qui avait subi une intervention de ce genre il y a quelques années. »

Le chirurgien souligne également qu’il fallait tenir compte de tous ces facteurs qui risquaient de provoquer des situations pouvant échapper au contrôle. Selon Bohdan Pomahač, le receveur va maintenant très bien. Il a déjà quitté l’unité des soins intensifs et a commencé à se nourrir par la bouche :

« Nous n’attendons plus que le moment où les immunosuppresseurs, c’est-à-dire les médicaments servant à réprimer la réaction immunitaire, auront atteint un niveau stable dans son organisme. Dès que ce niveau aura été atteint, il pourra quitter l’hôpital pour se faire soigner à domicile. »

Dallas Wiens, photo: CTKDallas Wiens, photo: CTK Aveugle depuis son accident, Dallas Wiens ne verra pas son nouveau visage, mais il pourra désormais parler, respirer et manger plus aisément. Bohdan Pomahač regrette pourtant quelque peu que le nouveau visage de Dallas Wiens ne ressemblera pas beaucoup à celui qu’il avait avant son accident :

« Le nouveau visage réunira les traits du patient et quelque chose de l’aspect du donneur. Mais je crois que même le donneur ne sera pas reconnaissable dans ce visage. C’est tout ce que je peux dire quelques jours seulement après l’opération, quand le visage est encore tuméfié. Je pense que ce sera donc quelque chose entre les deux. Le receveur ne ressemblera donc vraiment ni à l’un ni à l’autre. »

D’après le chirurgien, bien que dans les cas précédents les visages des personnes ayant subi ce genre d’opération n’aient pas été parfaits, la greffe a énormément amélioré leur situation et ils se sont tous habitués sans problèmes à leur nouveau visage.

25-03-2011