Une Crucifixion médiévale redécouverte au Château de Prague

07-08-2009

Une statue du Christ vieille de 600 ans a été retrouvée au Château de Prague. Une découverte qui est le fruit du hasard, puisque ce Christ en croix avait été perdu dans les années 1970.

De toute évidence, même les responsables de musée ou d’institutions similaires peuvent être les rois du désordre. Comment expliquer sinon qu’une statue en tilleul du Christ du début du XVe siècle ait été dénichée, emmaillotée derrière un amas de chaises sous l’escalier d’une chapelle au Château de Prague ?

C’est dans ce bric à brac que la statue a passé plus de vingt ans, alors qu’on la croyait disparue à jamais. Et malgré cette néglicence incroyable, elle ne semble guère avoir souffert du temps passé dans cet abri de fortune. Jaroslav Sojka, conservateur des collections du Château de Prague :

« Cette statue de bois est polychromée. Elle a des restes de peinture. Du rouge, du bleu... La couronne d’épine était dans les tons noir et vert, les cheveux noirs, les yeux étaient également peints. La couche superficielle de cette polychromie a été abîmée, mais cette sculpture est étonnamment en très bon état. Il faut toutefois la nettoyer de tous les dépôts de poussière. Cette bonne conservation s’explique par deux raisons : l’espace d’une l’église est l’un des environnements les plus stables pour les sculptures en bois et en outre, elle venait juste d’être restaurée dans les années 70. »

La sculpture date de l’époque du réformateur Jan Hus et du roi Sigismond de Luxembourg. Elle ferait partie des trésors les plus précieux des collections du Château de Prague. Depuis le début du XVe siècle jusqu’à la moitié du XIXe siècle, elle ornait l’autel principal de la basilique romane consacrée à saint Georges. Jaroslav Sojka :

« C’est l’œuvre d’un sculpteur pragois que l’on connaît sous le nom du Maître de la Crucifixion de Týn, car son travail le plus important est le Calvaire dans la nef nord de l’église Notre-Dame-de-Týn. On lui attribue aussi parfois la Madone de Týn qui s’y trouve également. Cette statue du Christ était sans doute destinée dès le début à la basilique Saint-Georges. »

La sculpture en bois devrait retrouver bientôt son emplacement d’origine... Mais pas sans un petit passage par la case « entretien », entre les mains de restaurateurs qui devront fixer la polychromie restante, avant que le Christ ne soit réinstallé sur une croix. Et à moins qu’un incident de parcours ne la fasse disparaître à nouveau, la statue sera, une fois restaurée, accrochée au-dessus de la tombe du prince Boleslav, dans la très belle basilique romane Saint-Georges au Château de Prague.

07-08-2009