Une artiste franco-tchèque expose ses tableaux près de Versailles

13-04-2010

Leur point commun, c’est Prague, et cela est en train de devenir une belle tradition. Après Karel Zakar, photographe pragois d’origine hongroise qui a exposé ses séries de photos exprimant non seulement les images mais surtout les émotions, c’est au tour de Danièle Boulet d’exposer dans la même petite galerie Espace ac78, à Viroflay, près du château de Versailles, ses aquarelles qui restituent son regard sur beaucoup d’endroits, mais surtout sur différents coins de la ville de Prague.

C’est non seulement plein de couleurs mais cela, tableau après tableau, respire d’un optimisme à toute épreuve pour ne pas dire tout simplement le bonheur. Mais pourquoi Prague ? L’explication est simple : Danièle Boulet y est née en 1948. Sa mère était tchèque, son père français et travaillait à l’ambassade de France à Prague. Elle-même explique dans son invitation au vernissage sa relation avec cette ville : ‘J’avais deux ans quand nous avons quitté Prague. Il ne me reste aucun souvenir de premiers mois de ma vie, mais une profonde empreinte au fond du cœur, une nostalgie permanente de ma ville, de son atmosphère et de son charme indéfinissables. Prague sous la neige, Prague pleine de promesses au soleil, Prague réservée dont l’essence, la beauté ne sont accessibles qu’à ceux qui sauront s’unir à son histoire.’

L’exposition inaugurée le 10 avril fermera ses portes le 10 mai. Ce qu’il faut dire aussi, c’est que Danièle, qui préfère signer ses tableaux avec le diminutif Danka, pratique bien sûr aussi le tchèque et maintient ses liens avec sa famille restée en République tchèque.

13-04-2010