Une affaire d’espionnage ébranle les relations entre Prague et Kiev

16-05-2011

Le ministère des affaires étrangères ukrainien a annoncé l’expulsion, vendredi 13 mai, de deux diplomates tchèques. Ils sont accusés d’avoir exercé « des activités non conformes à leur statut de diplomates ». En d’autres termes, on les soupçonne d’être impliqués dans une affaire d’espionnage. Chef d’accusation que rejette catégoriquement Karel Schwarzenberg, le ministre tchèque des Affaires étrangères, pour qui il s’agit d’une réponse à la décision des autorités tchèques d’accorder l’asile politique à l’ex-ministre de l’Economie ukrainien, Bogdan Danylychyne, qui était sous le coup d’un mandat d’arrêt international émis par Kiev.

Le colonel Zdeněk Kubíček et le commandant Petra Novotná, photo: CT24Le colonel Zdeněk Kubíček et le commandant Petra Novotná, photo: CT24 Selon le service de sécurité ukrainien, les deux diplomates, le colonel Zdeněk Kubíček et le commandant Petra Novotná, respectivement attaché de défense et attaché militaire de l’ambassade de République tchèque en Ukraine, collectaient des informations à caractère militaire et technique, sous couvert de leur statut diplomatique. Désignés persona non grata, ils étaient, depuis vendredi, détenus à Kiev, sans savoir ce qu’il pourrait advenir de leur sort, avant finalement d’être reconduits en République tchèque ce lundi.

Les données en question concerneraient des équipements aérospatiaux conçus par les spécialistes ukrainiens pour la Russie. Marina Ostapenko, la porte-parole du service de sécurité ukrainien, a précisé que les informations secrètes auraient été transmises aux deux diplomates par l’intermédiaire d'un employé d'une usine d'aviation et d'une fonctionnaire du ministère ukrainien de la Défense, recrutés il y a plusieurs années. L’Ukraine a par ailleurs rendu publique une vidéo de quelques minutes sur Youtube, laquelle serait censée montrer les deux diplomates en train de recueillir du renseignement confidentiel.

Bogdan Danylychyne, photo: CTKBogdan Danylychyne, photo: CTK L’ambassade de République tchèque en Ukraine et le palais Černín, siège de la diplomatie tchèque, communiquent peu sur l’affaire, mais indiquent que la décision des autorités ukrainiennes ne restera pas sans suite. Deux employés ukrainiens à l’ambassade d’Ukraine en République tchèque pourraient ainsi être amenés à quitter le territoire tchèque.

Les relations entre la République tchèque et l’Ukraine sont tendues depuis le début de l’année. En effet, en janvier dernier, les Tchèques avaient décidé d’accorder l’asile politique à Bogdan Danylychyne. Celui-ci, réputé proche de l’opposition, avait fait l’objet d’un mandat d’arrêt international émis par les autorités ukrainiennes. Celles-ci l’accusent d’avoir « acheté certaines marchandises avec des fonds publics. » A l’époque, ces mêmes autorités avaient jugés incompréhensible le choix de Prague d’accueillir l’ex-ministre de l’Economie ukrainien. Pour autant, le porte-parole du ministère des affaires étrangères ukrainiens a déclaré que « le cas Danylychyne n’a jamais influencé les positions ukrainiennes vis-à-vis de Prague. » Il argue de surcroît qu’il ne s’agit en aucun cas d’une affaire politique, mais bien d’une question de défense nationale, les deux diplomates tchèques ne s’occupant pas de diplomatie mais d’affaires militaires.

Karel SchwarzenbergKarel Schwarzenberg Ce n’est pas ce que pense Karel Schwarzenberg, le chef de la diplomatie tchèque, qui estime que les deux affaires sont liées. Selon lui, « ce qui est le plus évident dans cette affaire, c’est que nous n’avons jusqu’à présent expulsé personne, mais qu’au contraire, nous avons accueilli l’un de leur ressortissant. » Les deux parties espèrent cependant que les relations tchéco-ukrainiennes ne seront pas entachées à l’avenir par de tels incidents.

16-05-2011