Un référendum sur la centrale nucléaire de Temelin ?

10-07-2000

L'approvisionnement en combustible du premier bloc de la centrale nucléaire de Temelin, en Bohême du sud, a soulevé, de nouveau, la question d'un référendum sur l'existence même de cette centrale. Ce sujet vous est présenté par Alain Slivinsky.

Le 5 juillet, la compagnie de distribution d'électricité, CEZ, a commencé l'approvisionnement en combustible du premier bloc de la centrale nucléaire de Temelin. Si tout va bien, les premiers MW pourraient être produits en mai 2001. On pourrait dire que c'est pas mal, on va produire de l'électricité par des moyens plus propres que les centrales thermiques classiques. Hé bien non ! Car tout le monde n'est pas content de la mise en service de la centrale de Temelin, aussi bien en Tchéquie qu'à l'étranger. Il faut dire que la construction de la centrale, décidée en 1989 déjà, a été des plus controversées. Les plus fortes critiques concernent sa sécurité. En effet, il s'agit d'une conception de l'ancienne Union soviétique, améliorée par la technologie occidentale - américaine en l'occurrence. De l'inédit et donc sujet à soupçons. Les mouvements écologistes tchèques protestent, tout comme les milieux officiels autrichiens, du fait que Temelin ce n'est pas loin de la frontière tchéco-autrichienne. Un référendum avait été promis par les sociaux-démocrates, encore avant leur arrivée au pouvoir, en 1998. Le président de la République, Vaclav Havel, qui s'était abstenu de commentaire jusqu'à maintenant, entre dans la polémique. Il serait pour une consultation des citoyens tchèques, lui aussi. Vaclav Havel déclare qu'il est préoccupé surtout par la rapidité avec laquelle la CEZ a commencé à approvisionner le premier bloc de la centrale en combustible, immédiatement après l'accord de l'Office nationale tchèque pour la sécurité nucléaire. Il semble au Président que c'est une sorte de chantage, aller le plus vite possible pour que la mise en service de la centrale soit irréversible... Vaclav Havel se déclare pour le référendum dans les questions fondamentales concernant toute la société. Deux projets de loi sur la consultation populaire sont prêts. Ils seront examinés dans les plus brefs délais par la Chambre des députés. L'un d'eux concerne la centrale de Temelin. Dans les milieux politiques tchèques, les opinions sont des plus diverses. Contre le référendum, le président de la Chambre, Vaclav Klaus, ou le chef des syndicats, Richard Falbr. Selon eux, il serait inutile actuellement. Un référendum aurait un sens avant le commencement de la construction de la centrale. La Chambre, le Sénat et le Président trancheront. Les écolos continuent à protester aux abords de la centrale... Quel sera le dénouement de cette affaire ? Nous vous en informerons bien sûr.

10-07-2000