Un jeune orchestre au seuil de la maturité

22-11-2004

La Philharmonie de chambre de Prague fête son 10ème anniversaire. Il y a plus de dix ans, son fondateur, le chef d'orchestre Jiri Belohlavek, a réussi à réunir, dans cet ensemble, les meilleurs jeunes instrumentistes de Tchécoslovaquie. Aujourd'hui on peut dire que la Philharmonie de chambre s'est imposée dans la vie musicale de Prague. A l'occasion du 10e anniversaire de cette formation, Vaclav Richter à posé quelques questions au principal chef invité de la Philharmonie de chambre, Michel Swierczewski.

Qu'est ce que la collaboration avec la Philharmonie de chambre de Prague a apporté à votre carrière artistique et à votre vie?

"Beaucoup de choses. Mon nom vient d'Europe centrale, pour moi cela a été aussi un peu un retour aux sources. Et donc cette collaboration est extrêmement importante pour moi personnellement. Par ailleurs, j'ai beaucoup d'ambition pour cet orchestre qui a un potentiel fantastique. C'est quelque chose qui est très enthousiasmant. Il y a énormément de travail à faire, évidemment, mais l'orchestre a un tel potentiel que je pense qu'il doit normalement pouvoir être au sommet des orchestres de chambre en Europe, d'ici quelques années. En ce qui concerne ma carrière, c'est vraiment mon projet principal, et celle-ci est vraiment attachée à l'orchestre."

Qu'est-ce que vous appréciez le plus dans cet orchestre, est ce qu'il a un trait particulier?

"Oui, son trait particulier c'est d'abord la jeunesse de ses membres, et donc leur fraîcheur et leur enthousiasme. Les musiciens de l'orchestre sont extrêmement ouverts, je pense que maintenant le public pragois a pu se rendre compte que mon travail a commencé à changer beaucoup de choses au sein de l'orchestre, en particulier au niveau de la programmation, parce que nous avons créé cette saison de musique de chambre du XXe siècle en collaboration avec l'Institut français et le Théâtre Svanda et cette chose, par exemple, n'aurais jamais pu avoir lieu sans les musiciens prêts à s'impliquer à 100 %."

La musique française n'est pas beaucoup jouée en République tchèque. Quelle est sa place dans le répertoire de la Philharmonie de chambre de Prague ?

"Disons que depuis mon arrivée cela a beaucoup augmenté. La Philharmonie est d'abord un orchestre tchèque et, après, un orchestre européen, donc il faut que je me replace dans ce contexte-là. Il est évident que si la Philharmonie de chambre était un orchestre de chambre, il y aurait évidement beaucoup plus de musique française. Ceci dit, je suis personnellement très attaché à montrer les choses rares du répertoire français du XIXe siècle où il y a des chefs d'oeuvres complètement inconnus."

Dans un entretien pour le journal Lidove noviny, Jiri Belohlavek dit se préparer à quitter le poste de directeur musical de la Philharmonie de chambre. Est-ce que cela vous tente? Est-ce que vous vous présenterez comme le candidat à sa place?

"Je ne sais pas si Jiri doit abandonner ce poste, je pense qu'il est extrêmement important pour l'orchestre. Dans le contexte de mon travail pour l'ensemble, c'est évidemment une chose qui m'intéresse au plus haut point évidemment."

Que souhaitez vous à la Philharmonie de chambre de Prague à l'occasion du 10ème anniversaire de sa fondation ?

"Je lui souhaite que nous puissions prendre un virage, d'achever la période de l'orchestre naissant et en gestation, que celui-ci a été pendant les dix premières années (parce que finalement dix années dans la vie d'un orchestre c'est extrêmement court). Je lui souhaite donc que nous arrivions à prendre ce virage afin que la philharmonie devienne un orchestre vraiment adulte et un des orchestres de premier plan en Europe."

22-11-2004