Un guide pour mieux connaître les Pragoises

30-12-2013

Deux auteurs, Florence Gindre et Helena Vaďurová, ont coécrit il y a deux ans un guide consacré à la vie à Prague à travers ses habitantes. L’ouvrage combine les témoignages de femmes, autochtones ou expatriées vivant dans la capitale tchèque. Son carnet d’adresses, incluant des cafés, des sorties, des salons de beauté ou des maternités, a été mis à jour au mois de novembre 2013. L’occasion pour Radio Prague de parler à nouveau de ce livre avec l’une des auteurs, Florence Gindre.

Elle explique tout d’abord, d’où est venu son intérêt pour la vie à Prague et ce que ce projet lui a apporté :

« Quand je suis arrivée en tant qu’expatriée à Prague, je me suis rendue compte qu’il ne m’était pas possible de connaître les Tchèques autant que je l’aurais aimé. Le travail sur ce guide m’a permis d’approfondir ma connaissance du pays dans lequel j’habitais à ce moment-là. D’un point de vue personnel, il m’a fait découvrir toute une partie de Prague que je n’aurais jamais connue. Helena m’a amené dans des bibliothèques dans lesquelles je ne serais jamais allée pour faire nos recherches. Personnellement, cela m’a beaucoup apporté. »

Avant de joindre leurs forces dans l’écriture de ce guide, les deux femmes se sont rencontrées autour d’un autre projet :

Photo: Sanja Gjenero, Stock.xchngPhoto: Sanja Gjenero, Stock.xchng « Initialement, j’ai rencontré Helena en travaillant ensemble sur un site, Vivre à Prague, où il y avait une rubrique Regard voisin. Nous nous y amusions de façon plus générale à voir toutes les particularités des Tchèques par rapport à la culture française. Cela m’a intéressé de me focaliser sur des femmes. Elles font une part importante de la vie… »

Le livre « Regard voisin féminin, à la rencontre des Pragoises » est organisé par thèmes : étudier à Prague, prendre soin de soi, être expatriée à Prague, être mère à Prague, rencontres et sexualité… Chaque chapitre est composé au préalable d’une mise en contexte, puis de témoignages de plusieurs femmes et clôturé par un carnet d’adresses soigneusement mis à jour. Ce guide, à qui se destine-t-il en particulier ? Florence Gindre :

Florence Gindre, photo: Le blog de Florence GindreFlorence Gindre, photo: Le blog de Florence Gindre « En premier lieu à ceux qui veulent découvrir Prague, cela peut être les expatriés qui viennent d’arriver à Prague et qui veulent découvrir la culture tchèque par le biais de ses habitantes. Cela peut intéresser aussi des touristes qui souhaitent approfondir leur connaissance de Prague. »

Le guide a sans doute la vertu de faire découvrir de bonnes adresses aux nouveaux arrivants dans la capitale tchèque, il leur conseille où trouver des boutiques de seconde main, quels sont les cafés sympas etc. Il contient également un chapitre très pratique sur la vie des mères à Prague.

Photo: FrameAngel, FreeDigitalPhotos.netPhoto: FrameAngel, FreeDigitalPhotos.net Sans prétentions scientifiques, les auteurs explicitent dès le début que l’ouvrage est marqué par leur regard subjectif ainsi que par celui de leurs interlocutrices. Au-delà de cette indication honnête, l’absence presque systématique de la notation des sources rend difficile l’évaluation par le lecteur de la pertinence de l’information donnée. S’agit-il du résultat d’une recherche, d’un sondage, d’une opinion exprimée lors d’une discussion entre amies ou bien d’une impression personnelle ?

Dans ce livre les Pragoises sont décrites avant tout comme « élégantes, coquettes […]. » (page 7), « les jeunes Pragoises sont ouvertes au sexe, elles savent profiter des plaisirs de la vie » (page 118), mais elles sont aussi « pleines de contradictions spirituelles » (page 125). Bref, la Pragoise qui ressort du livre est avant tout une bourgeoise, obsédée par son apparence. A ce propos, citons : « Pas une Pragoise sans cheveux teints, pas une sans ongles parfaitement manucurés, pas une sans un teint halé alors que l'hiver n'en finit pas ! » (page 8). Loin donc de briser certains stéréotypes sexués, les auteurs s’étendent sur l’apparence féminine et sur la description de salons de beauté sans donner une seule adresse de bibliothèque.

30-12-2013