Tous les ministères tenus de se serrer la ceinture jusqu’à la fin de l’année

29-07-2010

« Nous avons confirmé que nous sommes le gouvernement de la responsabilité budgétaire » : c’est avec cette formule que le Premier ministre, Petr Nečas, a commenté la décision prise mercredi par la coalition de geler 2,5 % des dépenses de tous les ministères jusqu’à la fin de cette année. Ces mesures de restriction devraient permettre à l’Etat tchèque d’économiser 10,2 milliards de couronnes (408 millions d’euros), l’objectif étant de maintenir le déficit des finances publiques pour 2009 à un taux de 5,3 % du PIB.

Karel Schwarzenberg, Petr Nečas, Radek John, photo: CTKKarel Schwarzenberg, Petr Nečas, Radek John, photo: CTK C’est à un conseil des ministres tendu auquel s’attendaient les membres des trois partis formant la coalition gouvernementale de centre-droit. Au programme de la réunion de mercredi figurait en effet le projet de réduction des budgets des treize ministères existants jusqu’à la fin de l’année. Un projet présenté par le ministre des Finances auquel étaient favorables le Parti civique démocrate (ODS) et TOP 09, mais pas le troisième parti de la coalition, Affaires publiques. Son leader, Radek John, estimait en effet que les mesures proposées par le ministre des Finances touchent essentiellement les ministères confiés aux Affaires publiques, à savoir notamment l’Education et l’Intérieur. Or, à trois mois seulement de la tenue des élections municipales, les Affaires publiques ne voient pas d’un bon œil l’éventualité de réduire les salaires des enseignants, des policiers ou des pompiers, et c’est pourquoi elles ont d’abord envisagé d’opposer leur veto aux restrictions envisagées. Finalement, les trois partenaires de la coalition ont trouvé un terrain d’entente, à la grande satisfaction du ministre des Finances, Miroslav Kalousek :

Miroslav Kalousek, photo: CTKMiroslav Kalousek, photo: CTK « Je suis content que l’ensemble du gouvernement ait pris conscience que nous sommes un gouvernement de responsabilité budgétaire et qu’il n’est pas possible que le déficit pour cette année soit encore plus important que celui planifié par le gouvernement de Jan Fischer. Pour cela, il convient d’appliquer ces mesures de restriction le plus tôt possible. Car plus nous aurions attendu, plus nos chances de succès auraient été moindres. »

Reste que l’accord entre les trois partis a été trouvé à certaines conditions, comme l’a expliqué le Premier ministre, Petr Nečas :

Petr Nečas, photo: CTKPetr Nečas, photo: CTK « Le projet a été adopté avec les chiffres initialement prévus, c’est-à-dire avec des réductions de 3 milliards de couronnes et de 1,2 milliard de couronnes pour les ministères de l’Education et de l’Intérieur. Mais nous avons également convenu que, d’ici à la fin du mois de septembre, soit au moment des discussions pour le budget de l’année prochaine, nous présenterons une analyse des retombées des mesures que nous venons d’adopter. »

En d’autres termes, le gouvernement procédera à une analyse de la situation financière du pays et dans chaque ministère avant la fin du mois de septembre. Et si la situation ne s’améliore pas, les Affaires publiques ont d’ores et déjà fait savoir qu’elles pourraient ne pas voter en faveur du budget de l’Etat pour 2011.

29-07-2010