Tomáš Rosický rejouera-t-il un jour ?

10-12-2008

En janvier prochain, cela fera précisément un an que Tomáš Rosický, le capitaine de l’équipe de République tchèque de football, n’aura plus foulé un terrain. Son retour était espéré avant Noël. Mais blessé à un tendon du genou gauche, le milieu de terrain d’Arsenal sera absent au moins trois mois supplémentaires. A 28 ans, la question se pose donc forcément : la carrière de celui que la presse pragoise surnomme le « petit Mozart » sera-t-elle aussi brève que celle du génial compositeur ?

Tomáš RosickýTomáš Rosický En début de semaine, Arsène Wenger a indiqué sur le site Internet des Gunners que le retour de Tomáš Rosický pouvait être envisagé « pour mars au plut tôt ». Le manager français d’Arsenal a précisé que la rééducation de son joueur suivait son cours, qu’il serait de retour à Londres le 17 décembre, mais que son retour au jeu était une course de fond. Mais Arsène Wenger n’a pas donné plus de détails. Or, à chaque fois que le club anglais daigne communiquer sur le sujet, les nouvelles peu rassurantes font à coup sûr ou presque les gros titres de la presse tchèque le lendemain. Et faute d’informations plus complètes, la question de l’avenir incertain de Tomáš Rosický revient avec toujours plus d’insistance.

La situation intrigue et son absence complique la situation de l’équipe nationale, loin d’être souveraine dans son groupe de qualification à la prochaine Coupe du monde. Sans leur meneur de jeu, les Tchèques redeviennent une équipe ordinaire qui doit désormais cravacher face des adversaires comme l’Irlande du Nord ou la Slovénie dont elle venait facilement à bout il y a peu encore.

En novembre dernier, lorsqu’il avait annoncé la liste des joueurs convoqués pour le dernier match de qualification contre Saint-Marin, annonce qui faisait suite à la deuxième opération subie par Rosický, le sélectionneur Petr Rada s’était pourtant déclaré optimiste sur la possibilité de son retour en équipe nationale :

« Je suis heureux que les choses aient avancé. J’ai parlé avec Tomáš, mais seulement brièvement car il venait juste d’être opéré. Je suis régulièrement en contact avec lui. Je savais qu’il était en Allemagne pour être consulté. L’intervention s’est passée très vite. Je suis confiant et convaincu qu’en mars prochain, nous pourrons convoquer Tomáš en équipe nationale. »

Lundi, le sélectionneur a réaffirmé sa confiance et confirmait qu’il continuait de croire en un retour de Tomáš Rosický pour le déplacement en Slovénie et la réception de la Slovaquie les 28 mars et 1er avril prochains, deux recnontres cruciales dans l’optique d’une qualification au Mondial. Mais tout laisse plutôt à penser qu’il faudra encore faire preuve de patience pour revoir sur un terrain le meilleur joueur qu’ait produit le football tchèque ces dernières années.

10-12-2008