Studio BUBEC, l’art contemporain comme réaction au tourisme de masse

Un groupe d’artistes contemporains s’organise pour exposer des œuvres au centre de Prague afin de proposer une réflexion face au tourisme de masse qui a transformé la capitale tchèque en un musée à ciel ouvert. Pour rencontrer ces artistes, il faut s’éloigner justement de la frénésie du centre-ville pour se rendre à la périphérie.

Photo: Site officiel du Studio BubecPhoto: Site officiel du Studio Bubec Řeporyje est un petit bout de campagne situé dans le sud-ouest de Prague. Cet ancien village rattaché à la capitale en 1974 a été épargné par l’urbanisation de la ville. Et c’est ici que le sculpteur Čestmír Suška s’est installé :

« Le studio a été créé il y a dix-huit ans. A l’époque, quand nous l’avons trouvé, ce bâtiment était un entrepôt. Nous l’avons donc transformé en studio d’art. C’est un très grand espace de 10 000 m2, ouverts aux artistes qui veulent travailler et vivre dans les environs. Certains sont tchèques et d’autres viennent de l’étranger : du Japon, des Etats-Unis ou des quatre coins de l’Europe… Cette communauté est une façon de combiner le local et le global. »

A seulement vingt minutes du centre, ce studio appelé BUBEC se trouve dans un lieu bucolique. On peut le visiter et éventuellement y croiser ses locataires en train de sculpter leurs œuvres.

Čestmír Suška, photo: Jindřich Nosek, CC BY-SA 3.0Čestmír Suška, photo: Jindřich Nosek, CC BY-SA 3.0 « Certains artistes restent ici pour de longues périodes : ils peuvent utiliser le studio en échange d’une aide à la production. On organise aussi des programmes éducatifs, on travaille avec les enfants comme avec les adultes, et on propose des cours d’art. On travaille autour de la thématique de l’espace public et c’est pourquoi nous avons créé le festival m3 – Art in space. L’année dernière, c’était à Karlín, cette année dans le centre. »

Et si Čestmír Suška expose son travail dans le centre, c’est justement parce qu’il pense avoir un message à faire passer :

« On veut changer certains aspects de Prague, et il faut commencer par le centre-ville parce qu’il est très affecté par le tourisme de masse. C’est même de pire en pire. Le centre est très ouvert aux touristes, mais pas tellement aux habitants. Cette année, nous faisons participer dix-huit artistes internationaux et chacun d’eux apporte des idées sur l’utilisation de l’espace public pour faire réfléchir les gens. C’est aussi une forme de message adressé à la municipalité à propos de la relation entre l’espace public et l’art. Je pense que c’est important. »

Photo: Štěpánka BudkováPhoto: Štěpánka Budková Redonner vie au centre-ville en y installant des œuvres contemporains est l’idée de ce festival m3. Ainsi, la ville ne serait plus figée dans le passé comme elle l’est actuellement, et pour remplir cet objectif, le visiteur est lui aussi mis à contribution :

« Il y a par exemple une installation proche de la place de la Vieille-Ville qui est composée d’une structure en pierre avec une pince pour que les gens puissent adresser des messages à l’artiste. Je trouve que c’est un bel exemple de communication entre artistes, visiteurs et habitants. »

Jusqu’au 30 septembre, vous pouvez croiser les œuvres de Čestmír Suška et de ses camarades dans le vieux Prague. Sinon, vous pouvez vous rendre à Řeporyje pour visiter le studio BUBEC et son environnement atypique. Un moyen aussi de découvrir une autre facette de Prague aujourd’hui.

Photo: Site officiel du Studio BubecPhoto: Site officiel du Studio Bubec