Relance des relations entre Prague et Hanoi

13-09-2007

Le forum d'investissement et de l'entreprise tchéco-vietnamien a lieu, ces jeudi et vendredi à Prague, à l'occasion de la visite du Premier ministre vietnamien Ngyuen Tan Dung à Prague.

Martin TlapaMartin Tlapa La construction d'une centrale électrique par la société tchèque CEZ au Vietnam et la signature d'un accord de réadmission sont les deux principaux points à retenir des entrevues des chefs de gouvernement tchèque et vietnamien, mercredi, à Prague. Mirek Topolanek et Nguyen Tan Dung ont, en effet, donné leur feu vert au projet d'une valeur de 20 milliards de couronnes pour la construction d'une centrale d'un rendement de 3000 mégawatts qui, une fois achevée, couvrirait un cinquième du besoin énergétique du Vietnam. Le vice-ministre de l'Industrie et du Commerce Martin Tlapa, l'a qualifié de commande historique :

« Si le contrat de construction de la centrale aboutit, cela sera la plus importante commande jamais réalisée par la Tchéquie au Vietnam, commande qui marquera un tournant dans la coopération et relancera les investissements. En ce qui concerne d'autres projets, la Tchéquie est intéressée par la construction de cimenteries, de brasseries et de lignes de tramways, et je souhaite que le présent forum puisse accélérer la conclusion de ces commandes. »

Mirek Topolanek avec Nguyen Tan Dung, photo: CTKMirek Topolanek avec Nguyen Tan Dung, photo: CTK La coopération dans l'enseignement, la science et les recherches a également été au menu des conversations et, selon le premier ministre vietnamien, les deux pays s'appuieront également en tant que candidats aspirant à devenir membres non-permanents du Conseil de sécurité de l'ONU dans les années 2008-2009.

La visite s'est par ailleurs soldée par la signature d'un accord de réadmission. Une importante communauté vietnamienne, la troisième après celles des Slovaques et Ukrainiens, réside en République tchèque : au mois de juillet, les Vietnamiens étaient précisément 45 360 à séjourner en Tchéquie. Près de 32 000 d'entre eux y ont leur résidence permanente. Ressortissants d'un ancien pays « ami, » ils sont venus dans les années 1980 suivre leurs études ou travailler en Tchécoslovaquie. Beaucoup se sont installés officiellement sur notre territoire. Aux yeux des Tchèques, l'image du Vietnamien typique est celle d'un petit commerçant sur un marché, bien qu'ils y aient parmi eux aussi des ingénieurs, des techniciens diplômés ou encore des propriétaires de restaurant. Surtout les jeunes Vietnamiens qui parlent déjà un tchèque correct rêvent d'un parcours bien différent de celui de leurs parents. Selon l'Association tchéco-vietnamienne, leur ambition est de devenir juriste, médecin ou chercheur. L'année dernière, près de 600 Vietnamiens ont suivi des études supérieures et plus de 1 300 ont fréquenté des écoles secondaires en Tchéquie.

13-09-2007