« Qualité tchèque », un instrument pour le consommateur qui veut savoir ce qu’il achète

05-11-2010

C’est dans le cadre d’un programme spécial de contrôle du marché qu’une vingtaine d’articles et de services ont été distingués, ce mercredi, et peuvent désormais arborer l’étiquette « Qualité tchèque ». Un nouveau pas à l’intention de ceux qui, parmi les consommateurs, sont soucieux de la qualité des produits qu’ils achètent.

Montre bracelet de la marque Prim, soutien-gorge à baleines métalliques, jouets gonflables, chaussures d’enfant, linge de lit, tuyaux de construction – au total 20 articles ont reçu, ce mercredi à la Maison nationale de Prague-Vinohrady le droit d’arborer l’étiquette « Qualité tchèque ». Une initiative du Centre d’information national de soutien de la qualité ». David Kubla, un des organisateurs de cette initiative explique :

« Le programme ‘Qualité tchèque’ a commencé en 2002 et il a été créé pour donner au consommateur un moyen d’orientation qui lui indiquerait les marques fiables sur le marché et celles qui ne sont que des vignettes sur les articles. Le programme garantit au consommateur que l’article est contrôlé régulièrement par un organe de contrôle accrédité et qu’il n’est ensuite commercialisé qu’après un contrôle et une certification par un organe indépendant. »

Evidemment, c’est le prix qui a été et qui est encore décisif pour la majorité des consommateurs tchèques mais ils prêtent aussi de plus en plus d’attention à la qualité des produits qu’ils achètent. Cette évolution vers la qualité s’est cependant ralentie au cours de ces dernières années à cause de la crise économique. David Kubla rappelle que l’étiquette « Qualité tchèque » est aussi un instrument important pour les sociétés de production :

« Pour les sociétés de production, c’est certainement et en premier lieu un instrument de marketing qui leur permet de différencier les produits qui ont été distingués des autres articles sur le marché. C’est donc un instrument de marketing qui donne une exclusivité à ces sociétés. »

A un moment où le marché tchèque fait face à l’afflux d’importations de produits bon marchés de Chine et d’autres pays asiatiques, chaque initiative permettant au consommateur de mieux choisir les articles qu’il achète est précieuse. David Kubla estime que l’effet bénéfique du programme « Qualité tchèque » pourrait être plus important si le gouvernement le soutenait plus efficacement sur le plan financier :

« Sur ce point, je dois être critique parce que le programme existe puis 2002 mais les moyens dont il dispose sont très limités par rapport à d’autres programmes. Avec le minimum de moyens, nous cherchons donc à faire le maximum. Je ne me fais pas d’illusions et je ne pense pas que tous les consommateurs connaissent la marque ‘Qualité tchèque’. »

David Kubla reste pourtant optimiste et constate que la situation continue à s’améliorer. Il souligne que chaque nouvel article qui porte l’étiquette « Qualité tchèque » contribue à promouvoir ce programme, à informer le consommateur et à cultiver le marché tchèque.

05-11-2010