Présentation des résultats de la campagne gouvernementale contre le racisme

09-11-2005

Cette année, la campagne gouvernementale contre le racisme en Tchéquie ne présente pas les victimes de la discrimination raciale, mais les membres d'autres races et nations vivant en Tchéquie qui ont remporté des succès dans leurs vies.

Jiri Paroubek et Svatopluk Karasek, photo: CTKJiri Paroubek et Svatopluk Karasek, photo: CTK « Nous luttons contre le racisme en respectant chaque être humain. Nous ne faisons pas de listes, nous ne faisons pas de catégories, nous n'apposons pas de cachets ». C'est ainsi que le délégué gouvernemental aux droits de l'homme, Svatopluk Karasek, s'est exprimé à la conférence de presse sur la campagne gouvernementale contre le racisme qui a eu lieu à Prague, mercredi matin. Tout d'abord, l'objectif de la sixième édition de cette campagne : contribuer à la tolérance et à la disparition des préjugés de la société tchèque envers les membres des minorités nationales et les étrangers. Les résultats de la campagne ont été présentés par ses auteurs et les représentants du gouvernement. Le Premier ministre, Jiri Paroubek, a qualifié les thèmes du racisme et de la tolérance de « thèmes de premier ordre pour les politiciens de tous les pays civilisés ». Pourtant, les devises politiques ne doivent pas cacher le manque d'intérêt ou l'incapacité à résoudre des situations engendrées par le racisme. D'après le chef du gouvernement, de telles situations ne sont pas rares en République tchèque, et elles représentent certaines idées enracinées dans la mentalité de la société tchèque. Rappelons que le gouvernement a décidé de consacrer dans les 4 millions de couronnes à la campagne contre le racisme pour cette année. Ces moyens financiers ont été utilisés pour la publicité dans les médias et sur des panneaux publicitaires dans les rues, pour la réalisation du site internet de la campagne, la réalisation de tee-shirt, de cartes postales et enveloppes du premier jour pour les philatélistes. On y retrouve le visage d'un chauffeur rom, Ivan Saray, qui a terminé des études supérieures, celui de l'animatrice de télévision, Lejla Abbas, de la beauté rom Andela Haluskova, finaliste du concours Miss tchèque, de l'acteur russe Alexander Minayev jouant dans la série télévisée « La rue ». Que pensent du racisme certains participants ou auteurs de la campagne ?

Jiri Paroubek avec le tee-shirt de la campagne contre le racisme, photo: CTKJiri Paroubek avec le tee-shirt de la campagne contre le racisme, photo: CTK "Le racisme est comme une moisissure sur les pieds. On a du mal à s'en débarasser complètement. En plus de cela, il sent mauvais"... Vaclav Marhoul, acteur.

"Celui qui ne reconnait pas ce qu'il y a vraiment dans un être humain doit se contenter seulement de la couleur de sa peau"... Ladislav Smoljak, acteur et écrivain.

"Dans notre famille, nous avons presque le monde entier, des enfants de peau clair et sombre. J'ai attrapé la jaunisse, il nous manque encore un Esquimau et un Indien"... David Vavra, architecte et artiste.

Le programme du Théâtre Archa, en commun avec l'Administration des camps de réfugiés fait aussi partie de la campagne. Il s'agit d'une représentation dans laquelle certains rôles sont tenus par des demandeurs d'asile. D'autre part, le nouveau code pénal, examiné actuellement à la Chambre des députés, devrait ordonner des peines plus sévères contre les manifestations de racisme.

09-11-2005