Prague : un projet de mémorial en l’honneur de l’armée Vlassov suscite la controverse en Russie

11-12-2019

C’est une nouvelle pomme de discorde entre Prague et Moscou, avec, en toile de fond, la mémoire de la Seconde Guerre mondiale : après la polémique autour du déplacement la statue pragoise du maréchal Koniev, considéré comme un héros en Russie et devenu symbole de l’oppression soviétique en Tchéquie, un autre monument a provoqué une controverse tchéco-russe avant même d’être érigé. Voulu par le maire du quartier pragois de Řeporyje, le projet de mémorial en l’honneur des soldats de l'Armée de libération russe, connue sous le nom de l’armée Vlassov, déplaît fortement aux autorités du Kremlin.

Andrej Vlassov avec ses soldats, photo: Bundesarchiv, CC BY-SA 3.0 deAndrej Vlassov avec ses soldats, photo: Bundesarchiv, CC BY-SA 3.0 de

Pour comprendre pourquoi Pavel Novotný, le maire d’un quartier périphérique de Prague et ancien journaliste de la presse à sensation est passé sur le gril des intervieweurs de la première chaîne de la télévision publique russe, il faut revenir à la Libération de Prague en mai 1945.

Pavel Novotný, photo: ČTK / Michal KamarytPavel Novotný, photo: ČTK / Michal Kamaryt Une bonne partie de la ville, plus précisément les quartiers de Smíchov, de Motol, de Slivenec ou encore de Ruzyně, situés sur la rive gauche de la Vltava, ont été libérés non pas par l’Armée rouge, mais par l’Armée de libération russe (ROA), une formation militaire de volontaires russes enrôlée dans la Wehrmacht contre les armées staliniennes durant la Seconde Guerre mondiale. Le corps fut formé par l’ancien général de l’Armée rouge Andreï Vlassov, capturé en 1942 par les nazis et qui avait l’idée d’unifier les Russes contre le régime soviétique.

Quelque 300 soldats de l’armée Vlassov ont perdu la vie lorsqu’ils sont passés du côté des insurgés tchécoslovaques pendant le Soulèvement de Prague, début mai 1945. Et c’est justement dans le quartier de Řeporyje que la ROA a installé une sorte d’Etat-major. Pour le 75e anniversaire de la Libération, le maire de Řeporyje souhaite rénover une plaque en mémoire des victimes de l’Holocauste et, dans la foulée, installer au centre de la commune un monument en l'honneur des soldats de l’armée Vlassov. Pavel Novotný explique :

« Le 6 mai 1945, les soldats SS ont assassiné un nombre important de civils dans le quartier voisin de Barrandov. Les habitants de Reporyje ont été pris de panique et lorsque les soldats Vlassov sont arrivés, la situation s’est calmée. Ils étaient installés dans le village et partaient en ville pour participer aux combats. Ils ont laissé une image positive ici, bien plus positive que les soldats de l’Armée rouge. »

Řeporyje, photo: Miloš TurekŘeporyje, photo: Miloš Turek Le projet de construction d’un monument en hommage aux soldats de l’armée Vlassov a soulevé un tollé en Russie, qui qualifie ces adversaires de l’Armée rouge de criminels de guerre. Après avoir reçu une lettre de protestation de la part de l’ambassade russe à Prague, Pavel Novotný n’a pas hésité à adresser, à son tour, un courrier au président Vladimir Poutine.

Cet échange entre le Kremlin et le petit quartier du sud-est de Prague a étonné l’historien David Svoboda de l’Institut pour l’étude des régimes totalitaires :

« Je suis pour la construction de ce mémorial : par ailleurs, un monument en hommage aux soldats de l’armée Vlassov existe déjà au cimetière d’Olšany, à Prague, a jusqu’à présent, il n’a gêné personne. C’est une affaire quelque peu artificielle et démesurée, elle détourne l’attention du public des choses essentielles qui touchent à la mémoire historique. »

Pavel Žáček, photo: ČTK / Michal KamarytPavel Žáček, photo: ČTK / Michal Kamaryt Ce mardi, à l’issue d’un débat agité sur le sujet avec les habitants de Řeporyje, le conseil municipal a approuvé la construction du monument aux soldats de Vlassov, un monument qui rappellera également l’engagement controversé de ses unités pendant la guerre. Un engagement qui devrait être étudié et jugé par les spécialistes et non pas par les hommes politiques, comme le souligne l’historien Pavel Žáček :

« Ce sont les historiens qui devraient s’exprimer sur les activités de l’armée Vlassov. Dans ce cas, les opinions des hommes politiques et des journalistes sont secondaires. De façon générale, il arrive de plus en plus en plus souvent que des décisions politiques déterminent jusqu’où peuvent aller les historiens dans leurs recherches. Je parle là de la Russie qui devrait surtout rendre accessible ses archives qui se rapportent aux événements de la Seconde Guerre mondiale. »

L’armée Vlassov, photo: Bundesarchiv, Müller, Karl / CC-BY-SA 3.0L’armée Vlassov, photo: Bundesarchiv, Müller, Karl / CC-BY-SA 3.0
11-12-2019