Obludarium, un spectacle des frères Forman au cœur de Paris

31-05-2011

Le Théâtre des frères Forman se produit à Paris. Il présente au public parisien son spectacle intitulé Obludarium, titre qu’on pourrait traduire librement comme un musée des monstres. La troupe des frères Forman a été invitée à Paris par le Théâtre du Rond-Point des Champs-Elysées et c’est dans un petit parc tout près de ce théâtre que la troupe a dressé son chapiteau. C’est là où le public parisien peut voir ce curieux spectacle conçu par les fils du réalisateur du cinéma Miloš Forman. Radio Prague a demandé plus d’informations à Petr Forman, un des auteurs de ce spectacle :

Théâtre du Rond-PointThéâtre du Rond-Point Qui a eu l’idée de présenter votre spectacle à Paris ?

 « C’était une idée du Théâtre du Rond-Point. Ils ont vu le spectacle il y a deux ans, Nicolas Roux et Jean-Michel Ribes, je crois. C’était la première fois qu’on nous invite vraiment au cœur de la ville. On avait déjà joué à Aubervilliers, à Saint-Denis dans la banlieue de Paris, mais jamais au centre. A la fin on a cependant trouvé qu’il était un peu dommage de nous cacher avec notre structure à l’intérieur du théâtre, parce que nous avons besoin de notre structure pour le spectacle et nous ne jouons jamais sans elle. On a dit donc : ‘On est désolé, mais on ne peut pas venir.’ Mais ils nous ont rappelés une semaine plus tard et nous ont dit : ‘Ecoutez, d’accord, on va essayer d’avoir toutes les permissions pour pouvoir dresser votre tente ici dehors, dans un petit parc derrière le théâtre, aux Champs-Elysées. »

Que peut-on dire de ce spectacle ? Comment peut-on le présenter ? Où avez-vous cherché l’inspiration pour cette production ?

Petr FormanPetr Forman « Moi, je préfère parler de l’inspiration. Je n’aime pas trop parler du spectacle. C’est difficile et en même temps je n’aime pas révéler les détails aux gens qui viendront peut-être le voir. Chaque fois que nous faisons une nouvelle production, nous essayons d’entrer dans un nouveau monde, nous le faisons pour nous, cela nous amuse de découvrir de nouvelles choses. Et là, on entre dans le monde du cirque, des cabarets, des freak-shows, des night-clubs. C’est un monde qu’on ne connaît pas du tout. Ce n’est pas notre métier, normalement. Nous ne faisons pas de cirque, nous ne faisons pas de cabaret. On a cherché notre inspiration dans les années trente et quarante. On s’est bien amusé, on a trouvé beaucoup d’inspiration et même des histoires vraies. Pour nous, c’est un monde et dedans on essaie de faire un spectacle pour y mettre tout ce qu’on aime bien… »

Pourquoi les Parisiens devraient-ils donc aller voir votre spectacle ?

 « Ah, je ne sais pas. (Rires.) A mon avis, les gens viennent parce que le Théâtre du Rond-Point fonctionne très bien. Je ne veux pas dire n’importe quoi mais ils ont programmé notre spectacle et le public vient. C’est peut-être une raison. C’est quelque chose qui nous manque toujours un peu en Tchéquie, bien que ce soit un petit peu mieux maintenant. Et après, c’est peut-être la rumeur qui se répand parmi les gens. Les gens passent, ils voient le chapiteau, ils se demandent ce que c’est. Avec le chapiteau, si vous le montez, c’est une affaire qui marche tout seule. »

Parlons encore de la réaction du public. Comment le public parisien a-t-il reçu les premières représentations de ce spectacle ?

 « Paris, c’est quand même un monde un peu spécial. Un petit pays dans un grand pays. C’est le public qui va souvent au théâtre, à mon avis, un public qui cherche, qui vient voir comment le spectacle est fait. C’est un mélange. Il y a des jeunes qui ont envie de le voir, mais aussi des gens plus âgés qui sont habitués à aller au théâtre. En général, quant à leur première réaction, ils sont un peu surpris. Et après, pendant le spectacle ils ne réagissent pas trop. Ce n’est pas un public comme dans le sud de la France, par exemple, où les gens vous laissent sentir leur réaction tout de suite. Ils rient, ils crient… Ici, les gens sont très cultivés... C’est juste une question des réactions, parce que l’humour, la poésie ne sont pas reçus par les gens de la même façon. Chacun réagit différemment. Et là, les gens sont peut-être un peu plus fermés, pas tellement chaleureux comme dans le sud, par exemple. »

( Le Théâtre des frères Forman présente son spectacle dans un petit parc près du Théâtre du Rond-Point des Champs-Elysées du 24 mai au 2 juillet à 21 heures, tous les jours sauf le jeudi et le lundi. )

31-05-2011