Nouvelles protestations autrichiennes contre la centrale nucléaire de Temelin

03-01-2006

Lundi matin, les écologistes autrichiens ont, de nouveau, bloqué la frontière tchéco-autrichienne, au passage de Dolni Dvoriste, en Bohême du Sud. Il s'agissait d'une manifestation qui n'était pas autorisée et qui a même surpris les autorités locales autrichiennes. La raison des protestations contre le fonctionnement de la centrale nucléaire de Temelin ?

Photo: CTKPhoto: CTK La Tchéquie ne respecterait pas les accords de Melk, signés entre les gouvernements tchèque et autrichien et concernant les mesures de sécurité dans cette centrale. Ces accords stipulaient aussi que la partie autrichienne garantirait le bon fonctionnement des passages frontières entre les deux pays, souvent la cible des manifestations et l'objet de blocus. Pour cette raison, les autorités autrichiennes ont été surprises et fortement embarassées par la manifestation de lundi. Les adversaires de l'énergie nucléaire autrichiens ont bloqué le passage de Dolni Dvoriste pendant plus de quatre heures et ont menacé de bloquer d'autres passages frontières entre la Tchéquie et l'Autriche, à l'avenir. Quelles sont les mesures de sécurité qui ne seraient pas respectées à Temelin ? D'après les écologistes autrichiens, un mur ne séparerait pas les conduites de vapeur des conduites d'eau radioactive comme en Allemagne, par exemple. Réponse de Dana Drabkova, présidente de l'Office national de la sécurité nucléaire : « Ce problème qui est résolu par un mur en Allemagne, est résolu d'une autre manière à Temelin, comme dans d'autres centrales nucléaires en Europe ou dans le monde. » La manifestation des adversaires autrichiens de l'énergie nucléaire a été condamnée, aussi bien par leurs homologues tchèques que par les autorités de la Haute-Autriche, comme le confirme le gouverneur de la Bohême du Sud, Jan Zahradnik :

Photo: CTKPhoto: CTK « Depuis l'année 2000, à l'époque où le mouvement de protestations et de blocage des frontières est arrivé à son paroxysme, il n'y a plus eu de manifestations de ce genre. Celle de lundi est assez unique en son genre et je dispose d'informations, selon lesquelles, mon collègue Pühringer aurait condamné ce blocage et appelé les participants à abandonner cette forme de protestation. »

Pavel Vlcek, président de l'Initiative civique pour l'environnement se déclare favorable à un soutien moral à ses holomogues autrichiens mais, d'un autre côté, ne compte pas soutenir activement les écologistes autrichiens, car leurs actions sont perçues d'une manière des plus négatives en République tchèque.

03-01-2006