Nouvelle affaire dans le secteur de la santé

03-02-2011

Des appels d’offres dont les résultats sont connus d’avance et des patients argentés et influents auprès des politiques dont il convient de s’occuper en priorité et avec un soin tout particulier : une vidéo placée mardi sur le site YouTube provoque un nouveau scandale dans les médias tchèques. Cette vidéo montre le directeur du plus grand hôpital du pays expliquant à son personnel les pratiques de corruption et de protection indispensables au bon fonctionnement financier de l’hôpital.

Miloslav LudvíkMiloslav Ludvík « Pour ce qui est de la corruption du personnel de la santé par les fournisseurs, tous les directeurs et les médecins-chefs des différents services de l’hôpital savent très bien comment les choses fonctionnent. Nous lançons parfois des appels d’offres, mais ceux-ci se déroulent de la façon suivante : il y a par exemple cinq entreprises intéressées pour nous fournir du matériel. On convient alors de la démarche suivante : l’entreprise A participe à l’appel d’offres, les entreprise B et C participent également, l’entreprise D remporte l’appel d’offres et l’entreprise E participe. Et la fois suivante, on change les rôles. »

Directeur de l’hôpital universitaire de Motol à Prague, Miloslav Ludvík a été très explicite dans son discours prononcé devant plus de 200 personnes, parmi lesquels notamment les responsables des cliniques, en fin d’année dernière. C’est ce que montre un des extraits de cette fameuse vidéo qui provoque aujourd’hui de nouvelles vagues dans un secteur de la santé déjà fortement secoué depuis plusieurs mois par la menace de départ massif des médecins hospitaliers mécontents de leurs conditions salariales. S’il évoque une manipulation, le directeur de l’hôpital a cependant reconnu que ce montage n’était pas le fruit d’une caméra cachée.

Plus loin, Miloslav Ludvík parle également d’un dur lobby indispensable dans les plus hautes sphères de l’Etat. Ce lobby aurait ainsi notamment permis à l’hôpital d’obtenir plusieurs milliards de couronnes il y a quelques années pour le financement des travaux de rénovation et de modernisation de certains bâtiments et services. Le directeur de l’hôpital évoque également la nécessité de protéger et privilégier certains patients de façon à donner une bonne image de l’établissement. Autant de révélations qui ont abouti à l’éclatement d’une nouvelle affaire dont le ministre de la Santé, Leoš Heger, ne se soucie cependant guère pour l’heure :

Leoš Heger, photo: CTKLeoš Heger, photo: CTK « Je pense que ce n’est pas une raison suffisante pour réclamer la démission du directeur. La façon d’obtenir et de gagner de l’argent est bien entendu un aspect important. C’est pourquoi il convient de placer la politique d’investissement dans un cadre rationnel à l’écart des influences politiques et de distribuer l’argent selon des critères concrets établis préalablement. »

Par la voix de son porte-parole, le ministère de la Santé a toutefois rappelé qu’il considérait la lutte contre la corruption et le clientélisme comme une de ses priorités et qu’il entendait exiger des explications au directeur de l’hôpital de Motol. Reste à savoir si les déclarations de ce dernier sont vraiment scandaleuses ou ne sont que la confirmation de pratiques tout à fait courantes.

03-02-2011