Nouveaux obstacles sur la route de l’Epopée slave vers Prague

26-07-2010

Alfons Mucha était à l’honneur ce week-end à l’occasion du 150e anniversaire de sa naissance. Le moteur de recherche Google lui a même rendu hommage samedi avec un « doodle » typique du peintre tchèque en page d’accueil. Mais dans son pays, Alfons Mucha fait d’abord l’actualité à cause des différends juridiques liés à la plus grande de ses oeuvres par la taille, l’Epopée slave, qui devait revenir à Prague et qui va finalement rester plus longtemps que prévu en Moravie.

Jaroslav Mokrý, photo: CTKJaroslav Mokrý, photo: CTK Jaroslav Mokrý est le maire de la commune de Moravský Krumlov, où la vingtaine de tableaux composant l’Epopée sont installés depuis près d’un demi-siècle :

« La situation s’est compliquée, et ce pour toutes les parties. Ce lundi matin, les avocats des héritiers de Mucha ont demandé au tribunal municipal de Moravský Krumlov de stopper le déménagement de l’Epopée slave vers Prague tant que la question de la propriété de l’œuvre ne sera pas réglée. A mon avis, le déménagement va désormais attendre que le juge prenne une décision sur cette propriété. Et je ne sais pas si ça va prendre des mois ou des années.»

Photo: CTKPhoto: CTK Le petit-fils d’Alfons Mucha, John Mucha : « Ce qui est important du point de vue de la famille est que mon grand-père souhaitait que l’Epopée soit exposée à Prague dans un endroit digne de cette œuvre. C’est la raison pour laquelle nous avons engagé un dialogue constructif il y a deux ans avec la mairie de Prague. Mais d’un seul coup il y a eu un changement dans la position de la mairie. »

La ville de Prague a en effet récemment décidé d’exposer l’Epopée au Palais des expositions pour une durée provisoire. Explications d’Ondrej Pecha, chargé de la Culture à la mairie de la capitale tchèque :

Photo: CTKPhoto: CTK « La première raison est que cette année nous fêtons le 150e anniversaire de la naissance d’Alfons Mucha et nous voulions organiser une exposition pour l’occasion. Et puis le château de Moravsky Krumlov est dans un tel état que nous pensons qu’il ne permet pas une digne exposition de l’œuvre. Les étrangers qui vont la voir vont penser que les Tchèques sont des barbares et que nous sommes une nation inculte. »

Le sort de l’Epopée slave va désormais se jouer devant les tribunaux, et l’épopée juridique risque de durer encore quelques temps.

26-07-2010