« Mon voisin, mon ennemi » : les relations entre Roms et non-Roms au théâtre national tchèque dans un contexte particulier

21-09-2011

« Mon voisin, mon ennemi » : c’est le titre de la nouvelle pièce présentée pour la première fois ce soir dans l’Atelier du théâtre national de Prague. Le thème, choisi il y a quelques mois, porte sur les relations entre Roms et non-Roms et a une résonnance bien particulière à un moment où les tensions ethniques dans certaines villes du pays font la une de l’actualité.

'Mon voisin, mon ennemi', Vojtěch Lavička (à gauche) et David Matásek'Mon voisin, mon ennemi', Vojtěch Lavička (à gauche) et David Matásek Le violon tzigane de Vojtěch Lavička est bien présent dans plusieurs scènes. Il se définit comme « artiste-activiste » et fait ses débuts sur les planches dans cette pièce qui réunit acteur professionnels du théâtre national et acteurs amateurs comme lui. Grand défenseur de la cause rom et de l’entente entre ethnies, Vojtěch Lavička n’a pas voulu manquer l’opportunité de jouer pour une des plus prestigieuses institutions de la culture tchèque :

« Il faut que les artistes s’efforcent de parler des thèmes d’actualité, et en faire une pièce de théâtre est fantastique parce que c’est rare le théâtre documentaire et politique, encore plus rare au théâtre national. C’est très symbolique d’avoir choisi ce thème brûlant de l’actualité. Pour moi en tant que Rom, c’est même un peu drôle parce que cette institution est un symbole de la culture dont les Tchèques ethniques sont fiers depuis 150 ans, et maintenant les Roms sont entrés au théâtre national, c’est fantastique. »

Thème brûlant de l’actualité tchèque, les relations interethniques le sont depuis quelques semaines, après deux incidents violents en Bohême du nord, qui ont provoqué des manifestations d’habitants de plusieurs villes contre la minorité rom et ceux que les Tchèques appellent les « inadaptables ». Pour Vojtěch Lavička, le problème est plus social que racial :

« C’est un problème social. Les gens n’ont pas de travail. Les blancs, qui ne sont pas beaucoup mieux lotis, sont énervés parce qu’ils ont l’impression que les Roms font du bordel - ceux que certains font réellement. Mais quand vous allez mal, vous cherchez un coupable ; donc ils ont trouvé ceux qui sont considérés comme des parasites, qui vivent aux crochets de ceux qui travaillent. La situation empire et malheureusement le gouvernement et les parlementaires ne s’y intéressent pas. »

Viktorie ČermákováViktorie Čermáková La pièce « mon voisin, mon ennemi » a été montée dans le cadre du programme « Entrée de secours », financé par l’Union européenne et l’union des théâtres de l’Europe. Pour la metteuse en scène Viktorie Čermáková, travailler sur un thème ethnique et la situation des Roms était une première :

« Il a fallu que je lise beaucoup, que je rencontre et parle avec beaucoup de gens en peu de temps. Maintenant que je connais plus la question je suis très en colère, mais je ne veux pas être pessimiste, parce que nous croyons que la culture peut rapprocher les nations et qu’elle peut d’une certaine manière changer quelque chose dans le cœur des gens. »

'Mon voisin, mon ennemi''Mon voisin, mon ennemi' Un des autres acteurs amateurs de la pièce connaît bien la question : Ladislav Goral fait partie des commissions gouvernementales pour les minorités depuis une vingtaine d’années, dans un pays qui compte aujourd’hui environ 250 000 Roms et plus de 400 ghettos :

« La société majoritaire a oublié qu’il y a ici des Roms, qu’il y a des gens différents des habitants d’origine. Il y a aussi des hommes d’affaires qui gagnent de l’argent en faisant déménager les Roms des grandes villes dans certaines localités, où ils sont regroupés, sans éducation et sans travail. C’est déjà dur de trouver un travail quand on a un diplôme, alors imaginez un Rom qui n’a été qu’au primaire ou qui sort d’une école spéciale pour les enfants à problèmes. Comment voulez-vous qu’il trouve une place sur le marché du travail ? »

'Mon voisin, mon ennemi''Mon voisin, mon ennemi' S’il n’y a pas de place pour les Roms sur le marché du travail, il y en aura en tout cas plusieurs gratuites au théâtre national de Prague pour voir cette pièce « mon voisin, mon ennemi » qui tente de refléter une situation tendue que le gouvernement tchèque s’efforce tardivement d’améliorer. Un enjeu qui n’est pas seulement tchèque mais bien européen : les questions relatives aux Roms vont faire ce jeudi l’objet d’un Sommet des maires organisé à Strasbourg par le Conseil de l’Europe.

21-09-2011