Miloš Zeman, agent commercial exclusif en Chine

Miloš Zeman a achevé, ce mardi, une visite officielle de trois jours en Chine, sa quatrième en l’espace de cinq ans. Une visite qui, comme les précédentes, poursuivait avant tout des objectifs commerciaux et économiques.

Miloš Zeman avec son homologue Xi Jinping, photo: Radek Jozífek/ČTKMiloš Zeman avec son homologue Xi Jinping, photo: Radek Jozífek/ČTK Les trois autres pays du groupe de Visegrád (Hongrie, Pologne, Slovaquie) mis à part, la Chine est sans conteste la destination privilégiée de Miloš Zeman depuis le début de son premier mandat au Château de Prague en 2013. Malgré un état de santé fragile qui le contraint depuis quelque temps à limiter ses déplacements à l’étranger, le président tchèque s’est déjà rendu plus souvent en Chine que par exemple en Allemagne voisine, dont l’économie tchèque est pourtant grandement dépendante, ou que dans tout autre pays européen. Et le nombre de ses visites ne devrait pas s’arrêter au chiffre quatre, puisque le chef de l’Etat, qui s’est entretenu à plusieurs avec son homologue Xi Jinping dimanche et lundi, a d’ores et déjà été invité à participer au prochain sommet qui se tiendra en avril 2019 en Chine et sera consacré à cette nouvelle route de la soie si souvent évoquée ces dernières années ; un vaste projet de voies maritimes et ferroviaires qui doit permettre de relier la Chine à l’Europe en passant par l’Eurasie et dont Prague espère que l’une des branches passera aussi par le sol tchèque.

A Shanghai, où il a participé à la première édition de l’immense salon China International Import Expo qui se tient tout au long de cette semaine, Miloš Zeman a fait tout ce qu’il a pu pour faire la promotion de la production des près de soixante-dix sociétés tchèques représentées. Sous les yeux notamment de Xi Jinping et du Premier ministre russe Dmitri Medvedev, et malgré un doigté quelque peu hésitant, le chef de l’Etat a même interprété quelques notes de piano sur un instrument de marque Petrof (cf. : https://www.radio.cz/fr/rubrique/economie/le-fabricant-tcheque-de-pianos-petrof-fait-son-meilleur-chiffre-daffaires-en-neuf-ans).

Avant de remonter dans l’avion en direction de Prague ce mardi, c’est donc avec le sentiment du devoir bien accompli que le président tchèque a fait part de son sentiment d’avoir « fait avancer les choses dans de nombreux domaines ».

Miloš Zeman en Chine, photo: Radek Jozífek/ČTKMiloš Zeman en Chine, photo: Radek Jozífek/ČTK Dans les faits, toutefois, ces avancées ne sont pas évidentes. Seuls deux contrats et huit mémorandums pour des promesses de coopération future ont ainsi été signés en l’espace de trois jours dans différents secteurs d’activité, comme par exemple pour la vente de radars de contrôle aérien ou les télécommunications. Bien que Miloš Zeman, qui était accompagné de quatre ministres, se soit félicité de l’augmentation de 20 % en l’espace d’un an du nombre de touristes chinois, aussi bien les investissements que les importations chinois en République tchèque que les exportations tchèques en Chine (de l’ordre d’un peu moins de 2,2 milliards d’euros selon les derniers chiffres disponibles) restent minimes, pour ne pas dire négligeables dans la balance commerciale de l’un comme de l’autre pays.

Miloš Zeman au salon China International Import Expo à Shanghai, photo: Radek Jozífek/ČTKMiloš Zeman au salon China International Import Expo à Shanghai, photo: Radek Jozífek/ČTK Dans ce contexte, Miloš Zeman a apprécié l’engagement pris par le président chinois de réduire le montant des taxes douanières appliquées sur les produits importés et sa volonté de simplifier l’accès au marché chinois pour les entreprises étrangères. Il a également profité de l’occasion pour critiquer les mesures protectionnistes réciproques adoptées notamment par les Etats-Unis :

« Je tiens ici à dire que tout comme j’ai déjà exprimé ma solidarité avec la République populaire de Chine en d’autres occasions par le passé, je le fais de nouveau dans le cas de la guerre commerciale qui est menée contre la Chine avec les hausses des taxes douanières appliquées sur les produits et marchandises chinoises. »

Ainsi donc, les relations entre Prague et Pékin restent au beau fixe et c’est donc « avec grand plaisir » que Miloš Zeman reviendra en Chine dans six mois.