Michael Wellner-Pospíšil : « Je ne pense pas que le Centre tchèque de Paris soit menacé par une saisie. »

02-06-2011

Selon l’avocat Jan Kalvoda, le tribunal de Paris aurait confirmé la décision de la cour d’arbitrage condamnant la République tchèque à payer un dédommagement de plus de 10 milliards de couronnes, quelque 400 millions d’euros, à la société Diag Human. La société, qui se spécialisait dans le traitement du plasma sanguin, se déclare lésée dans ses activités commerciales par les décisions des autorités tchèques. La Tchéquie ne considère pas la procédure d’arbitrage comme achevée. D’après le serveur Econom.cz, Diag Human aurait déjà demandé la saisie des biens de la République tchèque en France. D’après cette source, parmi les biens concernés et menacés par la saisie pourrait se trouver le Centre tchèque de Paris. Nous avons demandé si une telle menace pesait réellement sur les biens tchèques en France au directeur des Centres tchèques, Michael Wellner-Pospíšil :

 « Je ne pourrais pas vous répondre avec certitude mais je ne pense pas vraiment parce que le Centre tchèque se trouve à l’adresse 18, rue Bonaparte qui est également l’adresse du consulat, donc d’un bureau de l’Ambassade de la République tchèque en France, et selon la Convention de Vienne tous ces lieux ont toutes les immunités diplomatiques et sont protégés contre toutes sortes de réquisitions et de saisies. Donc, je ne pense pas vraiment qu’on pourrait être menacé. »

Vous avez été pendant de longues années directeur de ce Centre tchèque de Paris. Vous souvenez-vous d’une situation semblable, situation où des biens tchèques ont fait l’objet d’une saisie ou c’est une situation sans précédent ?

Centre tchèque de ParisCentre tchèque de Paris « Pour moi, c’est une situation sans précédent, mais je pense que cela correspond à un accord international qui est relativement récent, c’est-à-dire un accord qui permet de demander la saisie à l’étranger des biens d’un Etat ou de quelqu’un. Donc je ne pense pas qu’il pouvait y avoir ces cas-là auparavant. Je crois que c’est un accord qui a été conclu à New York il n’y a pas longtemps. »

Selon une récente déclaration du ministre des Affaires étrangères Karel Schwarzenberg, la République tchèque devrait se rendre à l’évidence et payer à Diag Human la somme fixée par l’arbitrage. Cependant, officiellement la République tchèque ne considère pas le processus d’arbitrage comme terminé et refuse de dédommager Diag Human. Que pensez-vous de ces déclarations ?

Vous savez, je pense qu’effectivement avant que le procès ne soit terminé, on ne peut pas se prononcer d’une manière ou d’une autre. Je pense comme Monsieur le ministre qu’il faut payer les dettes mais il faut encore avoir la certitude que le procès est vraiment perdu. »

Tableau d'Emil Filla saisi à Vienne Tableau d'Emil Filla saisi à Vienne Trois œuvres d’art tchèque, des tableaux d’Emil Filla, de Vincenc Beneš et une statue d’Otto Guttfreund ont été déjà saisis à Vienne. Que pensez-vous de l’information selon laquelle le ministre de la Culture Jiří Besser aurait donné l’ordre de retirer les oeuvres d’art tchèque de l’étranger ?

« Je pense que c’est une réaction tout à fait normale. S’il y existe ce danger, il est prudent de mettre à l’abri les oeuvres d’art qui sont à l’étranger mais, en même temps, je pense qu’il ne faut pas chercher à éviter de payer nos dettes. S’il s’avère effectivement que nous avons des dettes, il faut les payer. »

Est-ce que les oeuvres d’art tchèques sont donc vraiment menacées ?

« Il semble qu’elles soient menacées puisqu’elles se trouvent maintenant dans un dépôt du tribunal de Vienne mais quelle sera la suite de cette affaire, c’est vraiment très compliqué et impossible à dire, en tous cas pour moi à l’heure actuelle. »

Comment une telle situation peut-elle se refléter dans les activités des centres tchèques et, en général, dans la présentation de l’art tchèque à l’étranger ?

« Je ne pense pas que cela pourrait se refléter d’une manière vraiment importante puisque les centres tchèques n’organisent pas des expositions d’oeuvres d’une très grande valeur. Nos salles ne sont pas vraiment équipées pour ce genre d’exposition. Nous n’avons pas la sécurité nécessaire, l’humidité et la température surveillées. Nous ne faisons pas ce genre d’expositions. Si nous faisons une exposition de ce type c’est toujours en coopération avec un musée ou avec une grande galerie et nous servons plutôt comme des intermédiaires que comme de vrais organisateurs. »

( Selon les dernières informations, le propriétaire de Diag Human, Josef Šťáva, a vendu la société à un acquéreur inconnu. Les experts ne pensent pas cependant que cela puisse fondamentalement changer les exigences de la société vis-à-vis de l’Etat tchèque. )

02-06-2011