Manifestations commémorant la « Semaine Palach »

13-01-2009

Expositions, séminaires, et publication de documents inédits par lesquels Jan Palach a cherché à mobiliser la société, peu avant de s’immoler, marqueront la semaine dans laquelle nous commémorerons le 40e anniversaire de son acte, ainsi que le 20e anniversaire de la semaine dite « Semaine Palach », qui s’est déroulée en janvier 1989 et qui a donné le coup d’envoi à la chute du régime communiste, 10 mois plus tard.

'Semaine Palach''Semaine Palach' Le 16 janvier 1989, au pied de la statue Saint-Venceslas, des mouvements dissidents et civiques ont convoqué une action pour commémorer le 20e anniversaire du sacrifice de Jan Palach qui s’était immolé par le feu à cet endroit pour réveiller la société et l’appeler à résister au pouvoir totalitaire imposé au pays occupé. La sécurité publique et les milices populaires ont employé des canons à eau, du gaz lacrymogène et des matraques pour disperser les manifestants. 1400 personnes ont été interpellées. Malgré la brutalité des interventions, les manifestations allaient continuer, pendant la semaine suivante. L’historien Petr Blažek évalue à 5000 le nombre de personnes dans les rues de Prague :

Photo: Archives du département de sécuritéPhoto: Archives du département de sécurité « Le plus important était que les manifestations ont déclenché une vague de solidarité avec les détenus et que l’opinion publique a cessé d’avoir peur. »

Une série de manifestations commémoreront le double anniversaire lié au martyre de Jan Palach, le 16 janvier, et à sa mort, trois jours plus tard, ainsi qu’à la « Semaine Palach », prélude de la révolution de Velours. Une conférence consacrée à l’héritage de Jan Palach et au mouvement estudiantin aura lieu ces jeudi et vendredi. Deux expositions évoqueront l’événement : celle de photographies installée au couvent des Franciscains à la rue Jungmannova. La lettre adressée au leader étudiant Lubomír Holeček à la Faculté des lettres, photo: Archives du département de sécuritéLa lettre adressée au leader étudiant Lubomír Holeček à la Faculté des lettres, photo: Archives du département de sécuritéL’autre, au Carolinum, exposera des manuscrits de Jan Palach comme la lettre où il évoque la torche vivante numéro 1, mais aussi un document jamais publié, redécouvert dans les archives de l’ancienne sécurité publique par les auteurs d’une monographie sur Jan Palach qui paraît ces jours-ci. On écoute Petr Blažek, l’un de ses auteurs :

« Jan Palach a rédigé cet appel probablement au début du mois de janvier 1969. Il l’a adressé au leader étudiant Lubomír Holeček à la Faculté des lettres, en l’appelant à occuper, avec un groupe d’étudiants, les studios de la Radio tchécoslovaque. C’était, pour Jan Palach, une tentative de mobiliser l’opinion publique et de se procurer un moyen de s’adresser à la nation et l’inviter à une grève générale. »

Vendredi, le 16 janvier, à 14h30, soit le même jour, et au même moment où Jan Palach s’est immolé par le feu, une cérémonie du souvenir se déroulera sur les lieux, en haut de la place Venceslas. Lundi, le 19 janvier, un monument, ‘Hommage à Jan Palach,’ sera dévoilé dans le parc en face du lycée de la ville de Mělník que Jan Palach fréquentait.

13-01-2009