Manifestation anti-Roms : l’adolescent prétendument agressé a menti

24-05-2012

Le garçon de 15 ans qui avait prétendu, en avril dernier, avoir été agressé par trois personnes d’origine rom, a avoué à la police avoir menti et qu’il s’était blessé tout seul. Son témoignage initial avait entraîné d’importantes réactions à Břeclav, petite ville de Moravie du Sud de 25 000 habitants. Pour manifester leur soutien à la victime amputée d’un rein suite à l’accident et à sa famille, mais aussi afin de revendiquer plus de sécurité, 2 000 habitants de la ville avaient ensuite manifesté contre la communauté rom dans le centre de Břeclav.

Photo: CTKPhoto: CTK Un mois plus tard, la vérité est tout autre, comme l’a confirmé la police mercredi après avoir fait passer le garçon au détecteur de mensonge. A l’origine, celui-ci avait affirmé, d’abord à sa mère puis aux enquêteurs, avoir été attaqué par trois Roms parce qu’il n’avait pas la cigarette que ceux-ci lui réclamaient. Chef de l’enquête, Luděk Blahák donne la version réelle des faits :

« Le garçon s’est donné en spectacle devant ses camarades, dont deux filles. Cela s’est passé au huitième étage d’un immeuble. Il a grimpé sur la rambarde, s’y est suspendu pour effectuer une figure acrobatique, puis il a chuté. Il s’est blessé en heurtant la rambarde située un étage plus bas. Trois témoins, trois personnes du même âge que la victime de l’accident, assistaient à la scène. La vérité est que le garçon a eu peur de dire à sa mère ce qui s’était passé. Il a eu peur de sa réaction. »

Son témoignage initial avait néanmoins fait naître une importante vague d’émotion et de solidarité mais aussi de haine contre la communauté rom de Břeclav, dont le nombre de membres est estimé à 500. Surtout, sur la base de ce seul faux témoignage, 2 000 personnes avaient répondu favorablement, un dimanche de fin avril, à un appel du Parti ouvrier de la Justice sociale, un parti d’extrême droite, à manifester leur colère dans le centre-ville. Des slogans tels que « La mairie dort pendant que les Tsiganes tuent » ou « Stop à la terreur tsigane » étaient alors apparus dans la foule (cf. http://www.radio.cz/fr/rubrique/faits/incident-de-breclav-2000-habitants-de-la-ville-suivent-les-extremistes-et-manifestent-contre-les-roms). Maire de Břeclav, Oldřich Ryšavý, s’efforce d’expliquer comment cette affaire a pu aboutir à un tel résultat :

Oldřich Ryšavý et la mère du garçon, photo: CTKOldřich Ryšavý et la mère du garçon, photo: CTK « La situation à Břeclav est délicate. Il existe des tensions sociales, c’est évident. Nous comptons parmi les régions tchèques les plus pauvres, à la frontière de trois pays avec la Slovaquie et l’Autriche. Nous sommes un carrefour, le premier arrêt pour les gens en provenance de Slovaquie et des Balkans. Je ne peux pas nier qu’il y existe une petite criminalité et que le sentiment d’incertitude existentielle des gens dans l’ensemble de la région est relativement fort. »

Suite à la manifestation, un certain nombre de voix se sont élevées pour critiquer la municipalité, accusée d’avoir autorisée sa tenue. Mais pour Oldřich Ryšavý, en colère contre les médias pour leur traitement de l’affaire, il s’agit là sinon de désinformation, au moins de « malinformation » :

« Nous avons été placés devant le fait accompli : à savoir que la manifestation se tiendrait quoiqu’il arrive. Même si nous l’avions interdite, le Parti ouvrier serait venu. Notre réaction a donc été de prendre toutes les mesures de sécurité possibles pour éviter les incidents. La police a tout mis en œuvre pour qu’il n’arrive rien aux gens, quelle que soit la couleur de leur peau. Ce mercredi, j’ai discuté avec les chefs de la communauté rom de Břeclav et je leur ai demandé de garder la tête froide. Ils ont promis de le faire. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour que Břeclav soit une ville calme et sûre. »

Si Břeclav ne s’est sans doute pas transformée en une ville totalement calme et sûre depuis, la tension régnante en avril semble néanmoins s’y être quelque peu apaisée. Et l’aveu de mensonge fait mercredi par le jeune garçon pourrait amener certains des habitants de la ville à réfléchir au bien-fondé de leur participation à la manifestation anti-Roms. C’est du moins ce qu’espère le maire :

« C’est assurément comme une catharsis. Certaines personnes vont probablement avoir un gros mal de tête. Mais ce qui serait souhaitable également, c’est que la famille réagisse et s’adresse à la population. Je vais rencontrer la maman du garçon et c’est ce que je vais lui demander de faire. La décision ne dépend que d’elle, mais je pense que cela pourrait l’aider à se remettre du choc moral qu’elle est en train de vivre et cela aiderait aussi la population de Břeclav. »

La mère a présenté ses excuses à l'ensemble de la communauté rom de Břeclav, photo: CTKLa mère a présenté ses excuses à l'ensemble de la communauté rom de Břeclav, photo: CTK Dès ce jeudi, la mère a présenté ses excuses à l’ensemble de la communauté rom de Břeclav. Elle a affirmé ne pas comprendre pourquoi son fils ne lui avait pas dit la vérité, précisant que si elle l’éduquait strictement, il n’était victime d’aucun mauvais traitement. Avec une lettre d’excuse, elle a également rendu les 4 000 euros qui lui avaient été versés par le chanteur Michal David pour la rééducation de son fils. Celui-ci avait organisé à Břeclav, samedi dernier, un concert de bienfaisance en sa faveur.

La police, de son côté, a classé l’affaire, aucune agression ne s’étant produite. Des poursuites judiciaires pourraient toutefois être engagées contre le garçon pour faux témoignage, comme contre les trois témoins de l’accident qui sont restés muets. L’Association des Roms de République tchèque a, elle, accepté les excuses de la mère du garçon. Elle envisage néanmoins de porter plainte pour sous-estimation de haine raciale.

24-05-2012