Mamas & Papas d’Alice Nellis : « Personne n’échappe aux relations parents-enfants »

21-04-2010

La semaine dernière est sorti dans les salles le dernier long métrage d’Alice Nellis. Considérée comme une des réalisatrices tchèques les plus intéressantes de sa génération, elle revient sur le grand écran avec Mamas & Papas.

Tous les films de la réalisatrice Alice Nellis sont traversés par un leitmotiv : les rapports parents-enfants. C’était déjà le cas dans son dernier film Tajnosti (Secrets) récompensé par un Lion tchèque du meilleur film en 2008, c’est à nouveau le cas avec Mamas & Papas. D’où l’on déduit d’ailleurs que le film n’a rien à voir avec le groupe américain éponyme des sixties.

Mamas & Papas est construit comme une mosaïque d’histoires de couples dont certaines s’entrecroisent, d’autres pas ou indirectement. Chacun de ces couples est filmé à un tournant de sa vie où l’arrivée d’un enfant ou l’envie inassouvie d’en avoir, va les mettre face à des choix, à des routes à prendre qu’ils n’auraient peut-être pas imaginé emprunter.

Pour raconter l’histoire de ces personnages, dont plusieurs sont en couple ou de la même famille dans la vie, Alice Nellis a choisi une méthode de tournage originale : les comédiens n’avaient pas de scénario et ne connaissaient que le profil de leur personnage. Une méthode qui laissait donc énormément de place à l’imagination et à la créativité des comédiens, comme le souligne Alice Nellis :

'Mamas & Papas''Mamas & Papas' « Nous avons tourné sans scénario pour diverses raisons. Mais la raison principale, c’est qu’il s’agit d’un thème tellement intime que chacun voit autrement, que hommes et femmes voient différemment. Je voulais que les acteurs s’investissent le plus possible. Ça leur a permis de beaucoup plus chercher les choses en eux. Ensuite, ça nous a aussi permis de travailler avec beaucoup de comédiens amateurs. Et pour le reste de l’équipe, notamment les cameramen, ça leur permet une autre manière d’aborder l’aspect visuel du film. Comme dans la vie normale, ils ont dû vraiment suivre ce qui se passait. »

Difficile tout de même d’imaginer concrètement ce que représente pour des acteurs une journée de tournage sans scénario, en gros, sans filet. Dans le film d’Alice Nellis, Natalia Volkova interprète une caissière ukrainienne, enceinte pour la troisième fois, sans moyens pour subsister aux besoins de ce nouvel enfant. Elle décrit une journée de tournage-type :

'Mamas & Papas''Mamas & Papas' « Vous arrivez sur le lieu de tournage, et Alice vous dit : ‘tu dois aller à la maternelle chercher rapidement tes enfants, sans parler longtemps avec l’assistante maternelle, parce que tu es dans une situation délicate’. Et d’un coup, vous êtes maquillée, habillée, sur le plateau, et vous devez vite habiller les enfants et filer. Bien sûr, comme toujours au cinéma, cette scène vous devez parfois la refaire plusieurs fois. Mais sinon, vous ne savez rien, pas même quelles instructions ont reçues les autres comédiens qui tournent la scène. Eux aussi improvisent, donc c’est toujours une surprise. »

L’enfant ou comment sa venue souhaitée ou indésirée, son attente ou sa perte est un pivot déterminant dans la vie des êtres. Si Alice Nellis a elle-même adopté un enfant, elle se défend d’avoir voulu faire un film autobiographique. Ce qui l’intéresse ce sont les rapports entre les êtres :

'Mamas & Papas''Mamas & Papas' « Les relations, et a fortiori, les relations parents-enfants, personne au monde ne peut y échapper. Si on décide de ne pas penser à ces relations, c’est déjà une manière d’y penser, d’une certaine façon. Nous avons tous des parents, même si on ne les connaît pas. Et arrivés à un certains âge, tout le monde se pose la question d’avoir ou pas des enfants, et comment. Ce sont des choses qui me préoccupent et qui préoccupent tous les gens autour de moi. »

Mamas & Papas est à voir dans les salles de cinéma tchèque depuis le 15 avril.

21-04-2010