L’inventeur des lentilles de contact souples, Otto Wichterle, aurait fêté ses 100 ans

Le chimiste tchèque et inventeur de la lentille de contact souple, Otto Wichterle, aurait fêté ses 100 ans, le 27 octobre prochain. À l’occasion de cet anniversaire, l’Académie des sciences ouvre ses portes ce mercredi, et ce jusqu’à la fin du mois d’octobre, pour présenter de plus près un des scientifiques tchèques les plus connus.

Otto Wichterle, photo: CT24Otto Wichterle, photo: CT24 Si les lentilles de correction existaient déjà depuis plusieurs années dans les années 1950, leur matériau était irritant pour l'œil. Après plusieurs tentatives imparfaites effectuées avec le chimiste Drahoslav Lím, sur les hydrogels destinés à l'ophtalmologie, Otto Wichterle fabrique en décembre 1961 une petite machine à l'aide du jeu Meccano de son fils. Le résultat est époustouflant, car il réussit à fabriquer quatre lentilles de contact souples, qui révolutionneront, par la suite, le monde entier. Le brevet sera déposé, mais vendu à l'étranger pour 500 000 dollars par le régime communiste. Près de 52 ans plus tard, l’Académie des Sciences ouvre ses portes pour présenter les débuts scientifiques, les activités pédagogiques ainsi que les engagements politiques du fondateur de la chimie macromoléculaire, Otto Wichterle, et ce par le biais de ses propres documents ou photographies personnelles. Une des deux commissaires de l’exposition, Vlasta Mádlová, de l’Institut Masaryk de l’Académie des Sciences, évoque tout d’abord quels ont été les réformes qu’Otto Wichterle a apporté au sein de l’Education :

« Le fondement de sa réforme était, avant tout, de vérifier le potentiel d’apprentissage des étudiants, à l’aide d’un système sophistiqué d’examens écrits, par le biais desquels il vérifiait bien évidemment les connaissances en matière de chimie, mais aussi en matière de langues. Les intéressés sont invités à passer ce même examen à l’exposition. Mais, la question des réformes est assez problématique, vu que les changements, qu’il essayait de faire valoir après la fin de la Seconde guerre mondiale, étaient devenus une épine au pied, pour les cadres communistes. Ce qui a eu pour conséquence une interruption des réformes, parallèlement à son renvoi de l’université en 1958. »

Photo: CT24Photo: CT24 Otto Wichterle a consacré une grande partie de son temps non seulement aux recherches théoriques, mais également à leur application, afin de pouvoir transférer la base des recherches dans la réalisation concrète des choses. Tomáš W. Pavlíček, le second commissaire de l’exposition, également issu de l’Institut Masaryk de l’Académie des Sciences, évoque Otto Wichterle en tant que professeur.

« Il est certainement possible de dire, qu’il s’adressait à ses élèves de façon droite et intègre. Il ne faisait pas de différences en fonction de leurs origines familiales ou sociales, ce qui n’était pas très habituel dans les années 1950. Pour lui, ce qui était important, c’était de trouver chez les étudiants, des potentiels d’apprentissage ainsi qu’un certain goût du travail. La génération de chimistes, qu’il a formée sur plusieurs années, se souvient constamment de sa façon passionnante, avec laquelle il présentait ses cours de chimie. Il joignait les connaissances, les expériences, avec leurs mises en application, ainsi qu’avec la réalité de tous les jours, pour que la chimie fasse partie du quotidien de chaque personne. Et c’est précisément, ce qui donnait du sens à ses étudiants. »

Effectivement, la plupart de ses étudiants intègreront par la suite l’Académie des Sciences, et même l’Institut de la chimie macromoléculaire, créé en décembre 1958 et présidé par Otto Wichterle lui-même. Or, plusieurs mois auparavant, avec l’avènement de la purge politique au sein des postes académiques, désormais réservés aux membres du Parti communiste, Otto Wichterle est renvoyé des rangs universitaires le 31 août 1958. Malgré cela, il demeure un professeur de cœur, et un mentor pour un grand nombre de ses collègues, et ce en dépit du fait qu’il était difficile de discuter avec lui, pour ses arguments convaincants. Si son invention principale reste les lentilles souples, il a toutefois contribué à l’évolution d’autres domaines. Tomáš W. Pavlíček nous en dit plus :

« Outre la chimie, c’était un mathématicien très doué et un physicien passable. Et dans le cadre de son travail ainsi que dans celui de ses collègues, il portait l’accent sur l’interconnexion de ces disciplines, afin que l’on sache, quels sont les processus physiques et chimiques, qui interviennent dans le cadre de telle ou telle invention, afin que l’intérêt ne soit pas uniquement porté vers l’invention. Il a également développé la recherche des polymères - à l’époque c’était une science très jeune -, il a été un des fondateurs de la chimie macromoléculaire, et a été présent aux débuts de la biochimie. Il a énormément influencé la chimie en médecine. Il s’est par la suite consacré à la recherche et l’utilisation d’autres implants médicaux pour l’homme, à l’instar des lentilles de contact souples. »

Otto Wichterle devient en 1990 le premier président de l’Académie des Sciences après la chute du communisme. L’Académie des Sciences décerne désormais le Prix Otto Wichterle à de jeunes scientifiques prometteurs de moins de 35 ans. En décembre dernier, des chercheurs de l’université de Gand sont parvenus à incruster un écran LCD sur la surface courbe d’une lentille de contact. Si le système n’affiche pour le moment qu’un seul caractère, en noir et blanc, avec une augmentation du nombre de pixels, il sera peut-être bientôt possible d’utiliser cette technologie pour recevoir et lire des informations directement sur la rétine.